Après la libération de Roland Marchal, "il faut que Fariba revienne chez nous !"

  • A
  • A
La chercheuse à Sciences Po Fariba Adelkhah est toujours détenue en Iran. 1:16
La chercheuse à Sciences Po Fariba Adelkhah est toujours détenue en Iran. © AFP
Partagez sur :
Détenu en Iran depuis juin 2019, le chercheur Roland Marchal est rentré en France samedi après-midi. Son comité de soutien se bat désormais pour la libération de sa compagne, la chercheuse Fariba Adelkhah, toujours retenue prisonnière par la République islamique.

Il était derrière les barreaux depuis plus de neuf mois : libéré par l'Iran, le chercheur Roland Marchal est rentré à Paris samedi après-midi. Le chercheur de Sciences Po âgé de 64 ans avait été arrêté par les gardiens de la révolution en juin 2019. "Nous sommes évidemment extrêmement heureux, contents et soulagés d’apprendre le retour de Roland Marchal parmi nous", affirme sur Europe 1 la politologue Béatrice Hibou, membre du comité de soutien pour la libération du chercheur.

"Une grande joie", mais…

"Malheureusement, dans les circonstances qui sont celles du confinement, nous ne pourrons pas l’accueillir. Nous sommes tous là en pensée pour lui souhaiter une bienvenue", souligne Béatrice Hibou, qui espère maintenant la libération de la compagne de Roland Marchal, l'anthropologue Fariba Adelkhah, elle aussi accusée "d'atteinte à la sûreté nationale".

" Le combat est toujours là "

"C’est une grande joie, cependant modérée par la détention de Fariba Adelkhah", tempère Béatrice Hibou. "Vous vous rappelez qu’elle avait entamé une grève de la faim (…) et que par la suite elle avait fait un sit-in. Elle ne voulait plus rentrer dans sa cellule, parce qu’elle était très soucieuse de l’état de santé, aussi bien physique que moral, de Roland Marchal. Le combat est toujours là, il faut que Fariba revienne vers nous, revienne chez nous ! Pour nous, la lutte continue."