Accord sur le Brexit : démission du secrétaire d'Etat britannique pour l'Irlande du Nord et du ministre britannique du Brexit

, modifié à
  • A
  • A
"Je ne peux pas soutenir l'accord de retrait conclu avec l'Union européenne", a expliqué Shailesh Vara.
"Je ne peux pas soutenir l'accord de retrait conclu avec l'Union européenne", a expliqué Shailesh Vara. © ODD ANDERSEN / AFP
Partagez sur :
"Je ne peux pas soutenir l'accord de retrait conclu avec l'Union européenne", a expliqué jeudi le conservateur Shailesh Vara.

Le secrétaire d'État britannique pour l'Irlande du Nord, le conservateur Shailesh Vara, et le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, ont annoncé jeudi avoir démissionné en raison de leur désaccord avec le projet d'accord sur le Brexit conclu par son gouvernement avec l'Union européenne. Il s'agit des premiers départs du gouvernement de la Première ministre Theresa May depuis l'aval donné mercredi par son exécutif au projet d'accord que la dirigeante va s'employer à partir de jeudi à défendre devant le Parlement, très divisé.

"Je ne peux pas soutenir l'accord de retrait". "Je ne peux pas soutenir l'accord de retrait conclu avec l'Union européenne", a expliqué Shailesh Vara dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter. Shailesh Vara a estimé que le texte de 585 pages ne répondait pas à la volonté des Britanniques de quitter l'UE, exprimée lors du référendum de juin 2016, laissant le Royaume-Uni "à mi-chemin, sans date limite pour déterminer quand nous serons enfin une nation souveraine". "Cet accord ne permet pas au Royaume-Uni d'être un pays souverain, indépendant", a-t-il regretté. 

La frontière en question. Le point le plus controversé du projet d'accord concerne les dispositions visant à empêcher le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande voisine, membre de l'UE. Le compromis prévoit un "filet de sécurité", solution de dernier recours prévoyant le maintien de l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'était conclu à l'issue d'une période de transition.