Qui sont les victimes du crash d'Ethiopian Airlines ?

, modifié à
  • A
  • A
L'avion s'est écrasé à quelques dizaines de kilomètres d'Addis Abeba.
L'avion s'est écrasé à quelques dizaines de kilomètres d'Addis Abeba. © Michael TEWELDE / AFP
Partagez sur :
Le crash d'un Boeing 737, dimanche, près d'Addis Abeba, a fait 157 morts de 36 nationalités différentes. Le Kenya a payé un lourd tribut, de même que l'ONU, dont l'Assemblée pour l'environnement s'est ouverte lundi à Nairobi.

Alors que la compagnie aérienne Ethiopian Airlines a annoncé lundi que les deux boîtes noires du Boeing 737 MAX 8 avaient été retrouvées, la liste des 157 victimes du crash, 149 passages et huit membres d'équipage, se précise. Des pays, des noms, des histoires, et autant de drames dans le drame.

Le Kenya paie le plus lourd tribut

Le Boeing 737 qui s'est écrasé dimanche reliait Addis Abeba à Nairobi, la capitale du Kenya. Le pays d'Afrique de l'Est compte le plus de victimes : 32 de ses ressortissants sont morts. L'un d'eux s'appelait Cedric Asiavugwa. Il était étudiant en droit à l'université de Georgetown, à Washington, et rentrait au Kenya après le décès d'une proche, selon le site géré par les étudiants de l'université, Georgetown Voice. Il a oeuvré dans divers domaines liés à la justice sociale en Afrique de l'Est, siégé au conseil d'administration d'une école kenyane pour orphelins du sida, et a été rédacteur en chef de Chiedza, une revue sur les problèmes du Sud.

L'Éthiopie a également perdu 17 des siens, dont les huit membres d'équipage, qui étaient tous éthiopiens. En dehors des deux pays concernés par la liaison, c'est le Canada qui est le plus touché, avec 18 morts. D'origine nigériane, Pius Adesanmi était professeur au département d'anglais et directeur de l'institut d'études africaines de l'université Carleton d'Ottawa. Parmi les victimes identifiées par les médias canadiens grâce aux témoignages de leurs proches figurent également une jeune mère d'Edmonton d'origine somalienne, Amina Ibrahim Odowaa, et sa fille de 5 ans, Sofiya Faisal Egal Abdulkadir.

Neuf victimes françaises

Le dernier bilan concernant les victimes de nationalité française s'élève à neuf victimes. "Un nouveau bilan porte à neuf le nombre de victimes françaises de l'accident aérien", avait indiqué dimanche à l'AFP la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll. Le ministère a décidé de ne communiquer "aucune information à caractère personnel (…) par souci de protéger la vie privée des victimes et de leurs proches". 

La forteresse de Montbazon, monument qui se trouve en Indre-et-Loire, a annoncé sur sa page Facebook la disparition d'un de ses bénévoles, Jean-Michel. Âgé de 62 ans, il était, d'après le personnel du monument, en voyage avec son épouse au Kenya. Il est présenté comme quelqu'un de "jovial", "avec le cœur sur la main".

Une trentenaire franco-britannique, Sarah, qui travaillait à Tromso, dans le nord de la Norvège pour l'Association des opérateurs de croisières dans l'Arctique (AECO), fait elle aussi partie des victimes. Elle se rendait à Nairobi pour discuter du nettoyage des océans, selon l'AECO. Contactés par Europe 1, plusieurs de ses proches ont fait part de leur émotion, se souvenant d'une jeune femme qui voyageait "aux quatre coins du globe" et qui "aimait son métier".

Un jeune Franco-Tunisien de 32 ans, Karim Saafi, co-fondateur du Forum de la jeunesse de la diaspora africaine en Europe (Adyfe), a également péri dans ce drame. L'humoriste Yassine Belattar, qui était l'un de ses amis proches, a fait part de son émotion sur les réseaux sociaux. "Je perds tout avec sa disparition et notamment celui qui est derrière cette conscience politique que nous avons toujours eue", a-t-il confié. "Karim est parti trop vite sans prévenir et ceux avec qui j’ai grandi seront certainement dans le même état que moi..."

"L'hommage est important car la personne l'était pour moi", a confié Yassine Belattar au micro d'Europe 1. "C'est l'un des personnes les plus importantes de ma vie qui a disparu." "On nous avait très vite appelé les jumeaux au collège. Karim, c'était mon frère jumeau."

L'ONU touchée au cœur

Parmi les victimes du crash, figurent un grand nombre de personnes engagées, et notamment dans la lutte pour l'écologie. Car lundi s'est ouverte à Nairobi l'Assemblée de l'ONU pour l'environnement. Selon la directrice exécutive du Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU Habitat), Maimunah Sharif, 22 employés des Nations unies  - Organisation internationale pour les migrations (OIM), Programme alimentaire mondial (PAM), Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), Union internationale des télécommunications (UIT), Banque mondiale, agence de l'ONU pour l'Environnement (PNUE) - ont péri dans la catastrophe. Une minute de silence a été observée lundi matin durant chaque réunion préparatoire à cette assemblée annuelle qui réunit des chefs d'État, ministres, chercheurs, membres de la société civile ou acteurs du secteur privé. Le président de la République, Emmanuel Macron, doit s'y rendre jeudi.

La jeune Canadienne Danielle Moore, 24 ans, militante écologiste habitant Winnipeg, s'était réjouie sur Facebook d'avoir été invitée à cette assemblée. Ressortissant canadien lui aussi, Peter deMarsh présidait l'International family forestry alliance (IFFA), une organisation qui représente 25 millions de propriétaires de forêts dans le monde et milite pour la durabilité.

L'Italien Sebastiano Tusa, 66 ans, archéologue marin réputé, était en route pour le compte de l'Unesco pour Nairobi, où il devait participer à un projet de recherche archéologique en mer. Sa compatriote Virginia Chimenti, 26 ans, originaire de Rome, travaillait pour le PAM, comme Maria Pilar Buzzetti, 30 ans, et Rosemary Bundi, Italienne d'origine africaine. Carlo Spini et sa femme Gabriella Vigiani, retraités, étaient engagés dans une ONG d'aide à l'Afrique. Paolo Dieci, 58 ans, coopérant italien, présidait le Comité international pour le développement des peuples et le réseau Link 2014, regroupant 14 ONG italiennes.

 

La jeune Allemande Anne-Katrin Feigl, qui travaillait pour l'OIM, était en route pour suivre une formation à Nairobi. L'Espagnole Pilar Martínez Docampo, 32 ans, était coopérante d'une ONG en Éthiopie. Né à Hong Kong, Victor Tsang, coordonnateur coordonnateur des politiques de développement durable au PNUE, était spécialiste des questions liées au genre. Il était père d'un petit garçon et son épouse attend un second enfant. L'Ougandaise Christine Alalo, commissaire de police expérimentée, était déployée en Somalie dans le cadree de la Mission de l'Union africaine dans ce pays (Amisom)…

Trois médecins autrichiens d'une trentaine d'années étaient également à bord de l'avion. "Ils se rendaient à Zanzibar pour apporter leur aide", a indiqué la ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl sur Twitter. Le député slovaque Anton Hrnko, vice-président du Parti national slovaque, a lui perdu sa famille. "C'est avec une infinie tristesse que j'annonce que ma chère épouse, Blanka, mon fils Martin et ma fille Michala ont péri dans la tragédie aérienne à Addis Abeba ce matin", a-t-il écrit sur Facebook. Une litanie de noms, de prénoms, et autant de destins brisés…