Strasbourg : des tags nazis devant la faculté de droit

, modifié à
  • A
  • A
Ces derniers mois, des inscriptions antisémites ou prenant pour cible les migrants ont été tracées à de multiples reprises sur des mairies, des écoles et aux domiciles d'élus en Alsace.
Ces derniers mois, des inscriptions antisémites ou prenant pour cible les migrants ont été tracées à de multiples reprises sur des mairies, des écoles et aux domiciles d'élus en Alsace.
Partagez sur :
"Jamais la haine n'aura sa place dans notre ville", a réagi vendredi le premier adjoint à la mairie de Strasbourg Alain Fontanel. 

Des tags racistes et faisant référence au régime nazi ont été découverts vendredi devant la faculté de droit de Strasbourg, a-t-on appris auprès du premier adjoint à la mairie, Alain Fontanel.

"Horreur et abomination à la vue des tags nazis découverts ce matin sur le parvis de l'Unistra" (l'université de Strasbourg), a-t-il écrit sur son compte Twitter. "La justice pour punir, l'éducation pour prévenir. JAMAIS la haine n'aura sa place dans notre ville", a-t-il ajouté.

Parmi les inscriptions découvertes figurent "NSDAP" (sigle du parti nazi, en allemand) et "WPWW" ("white pride world wide") sur une grande bâche de chantier devant un bâtiment de l'université et "zone raciste" inscrit au sol, selon les photos publiées dans ce tweet.

"L'inquiétude" d'Alain Fontanel

Ces derniers mois, des inscriptions prenant pour cible les migrants et ceux qui les accueillent et des inscriptions antisémites ont été tracées à de multiples reprises sur des mairies, des écoles et aux domiciles d'élus en Alsace. Selon le journal L'Alsace, des inscriptions antisémites et anti-migrants ont encore été découvertes jeudi matin sur l'école de Bootzheim, dans le Bas-Rhin.

"La ville de Strasbourg a une responsabilité encore plus grande, par son histoire, à dénoncer ces actes", a souligné auprès de l'AFP Alain Fontanel, qui a dit ressentir à la fois "de l'inquiétude par rapport à la récurrence de ces actes et de la détermination des pouvoirs publics à trouver et réprimer ceux qui les commettent".