Loire : un policier grièvement blessé à la tête après des violences urbaines

, modifié à
  • A
  • A
Un policier a été grièvement blessé dans la Loire.
Un policier a été grièvement blessé dans la Loire. © AFP
Partagez sur :
Un policier a été grièvement blessé à la tête dans la nuit de jeudi à vendredi, dans la Loire. Le fonctionnaire était appelé à intervenir pour des violences urbaines quand il a reçu une bouteille en verre sur la tête, alors qu'il tentait de se mettre à l'abri pour éviter une pluie de projectiles. Il est actuellement dans le coma et son pronostic vital est engagé. 

A Rive-de-Gier, dans la Loire, un policier a été grièvement blessé à la tête dans la nuit de jeudi à vendredi. Appelé à intervenir pour des violences urbaines vers minuit, ce brigadier-chef a reçu une bouteille en verre sur la tête alors qu’il regagnait sa voiture pour se mettre à l’abri sous une pluie de projectiles. Il a perdu connaissance. Le policier, dont le pronostic vital est engagé, a été opéré pour un hématome sous-dural et est toujours dans le coma. Une enquête est en cours pour retrouver ses agresseurs.

Les policiers veillaient à l'application du couvre-feu

Au départ, c’est une banale affaire de tapage nocturne. Une quinzaine de personnes alcoolisées qui font du bruit, en pleine rue, à minuit, alors que le couvre-feu est toujours en vigueur. Des riverains appellent la police et un équipage de trois fonctionnaires tente de ramener la calme. Mais la tension monte très vite et sous une pluie de projectiles, deux policiers se réfugient dans leur voiture. Le troisième tombe, inanimé, touché à la tête. Au fil des heures, son état de santé s’est aggravé et est toujours dans le coma. 

C’est un policier et père de famille de 50 ans, très expérimenté, qui a fait toute sa carrière à Rive-de-Gier et qui a déjà frôlé la mort en intervention. Il y a 10 ans, il s’était fait tirer dessus et n’avait eu la vie sauve que grâce à son gilet pare-balle. Cette fois, son pronostic vital est engagé. 

L’enquête est menée par la sûreté départementale. Des analyses sont en cours sur les projectiles retrouvés sur place et les bandes de vidéosurveillance du quartier ont été visionnées. Le procureur-adjoint a également lancé un appel à témoin à quiconque permettrait d’aider à retrouver les agresseurs, y compris avec la possibilité de témoigner anonymement.