INFORMATION EUROPE 1 - Le renseignement français a perdu plusieurs comptes infiltrés dans la cyberattaque contre l'État islamique

, modifié à
  • A
  • A
Une cyberattaque d'ampleur mondiale avait permis de supprimer des milliers de comptes liés à l'État islamique. 1:26
Une cyberattaque d'ampleur mondiale avait permis de supprimer des milliers de comptes liés à l'État islamique. © Kirill KUDRYAVTSEV / AFP
Partagez sur :
Une attaque conjointe a été menée fin novembre par Europol et une trentaine de pays contre la propagande de Daech sur internet. Mais d'après les informations d’Europe 1, plusieurs comptes infiltrés appartenant aux services de renseignement français ont été supprimés à cette occasion.
INFO EUROPE 1

La cyberattaque menée par Europol et une trentaine de pays contre des sites de propagande de l'État islamique a fait des dommages collatéraux. Selon les informations d'Europe 1, cette opération menée fin novembre notamment par Europol a entraîné la suppression de plusieurs comptes infiltrés appartenant aux services de renseignement français. 

"Une action digne d'un éléphant dans un magasin de porcelaine"

"Un rouleau compresseur, une action digne d’un éléphant dans un magasin de porcelaine"… Voilà comment un auxiliaire des services de renseignement a qualifié cette opération. La cyberattaque a fait disparaître en quelques jours des dizaines de groupes pro-Daech ainsi que l’essentiel des milliers de comptes qui y étaient connectés, y compris des profils infiltrés de longue date. L’un d'entre eux avait par exemple été créé dès 2016 et était géré directement par la DGSI. Les services avaient tout de même été alertés et avaient pris leurs dispositions, indiquent à Europe 1 deux sources proches de l’opération.

Un travail de suivi plus difficile 

Mais en plus de ces suppressions qui handicapent "indéniablement" le travail d’enquête, les observateurs alertent sur une autre conséquence : les "vrais" cyberdjihadistes, y compris certains qui avaient été repérés comme encore en zone irako-syrienne, sont en train de se réfugier vers au moins quatre autres plateformes, éclatant le travail de suivi. Parmi elles, Riotchat, Hoop ou encore TamTam, une messagerie russe, où les services sont à l’aveugle, alors qu’ils avaient développé sur Telegram des outils techniques pointus. Ils avaient notamment trouvé comment remonter jusqu’au créateur d’une chaîne à partir du lien temporaire d’invitation, ou développé une astuce pour pister les comptes anonymes à partir de numéros de suspects.

 

>> Retrouvez la matinale du jour de Matthieu Belliard en replay et en podcast ici

"Ils ont donné un coup de pied dans la fourmilière, maintenant il y a des fourmis partout", résume une source proche des services. Ces derniers jours, une opération commando s’est montée en retour, pour faire supprimer les nouveaux comptes de TamTam, l'application se montrant très réactive. L'opération était toujours en cours ces dernières heures. En attendant, souligne un observateur avisé, "l’objectif de l’opération, c’est-à-dire réduire considérablement l’accès du grand public à cette propagande, a été rempli puisqu’il faut maintenant aller chercher sur des plateformes peu connues."