Quand des policiers de la BAC remplacent de la drogue par... de la pâte de datte

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Au terme d'un an d'enquête, l'IGPN a mis au jour les pratiques de plusieurs policiers du 18ème arrondissement de Paris, qui détournaient pour s'enrichir la marchandise prélevée sur les trafiquants.
INFO EUROPE 1

Les pratiques suspectes de plusieurs policiers du 18e arrondissement de Paris ont conduit à la mise en examen de cinq d'entre eux, issu de la BAC. Ils sont notamment soupçonnés de corruption, en ayant racketté les trafiquants qu’ils étaient supposés interpeller.

C’est un collègue policier, outré, qui a le premier contacté sa hiérarchie pour l’alerter sur ces pratiques. Il y a un an, un équipage de la BAC contrôle une voiture et y découvre un kilo de drogue. Étrangement, après expertise, celle-ci se révèle être de la pâte de datte. Les policiers ont-ils échangé les marchandises ? Le suspect, en tout cas, et remis en liberté, et accuse même l’équipage de lui avoir extorqué plus de 1.000 euros.

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

De l'argent déposé en Algérie

L’IGPN va alors se pencher sur cette brigade, conduite par un policier expérimenté, présent au commissariat depuis plus de 20 ans et surnommé "Bylka", soit Kabyle en verlan. Il est soupçonné de racketter les dealers du 18ème arrondissement en prélevant sa dîme. "On ne travaille pas sans assurance", serait l’une de ses formules. Il aurait fait des allers-retours en Algérie pour y déposer l’argent.

Pour y voir plus clair, la police des polices est allée jusqu’à poser des micros dans les voitures de patrouille. On y parle d’enveloppes - de l’argent sans doute -, on entend aussi un policier confisquer deux galettes de crack à un trafiquant pour mieux les glisser, le lendemain, dans les poches d’un autre homme. Il a été condamné à 18 mois de prison. Un an d’enquête a finalement permis de réunir suffisamment d’éléments pour mettre en examen cinq policiers, convaincus qu’ils ne seraient jamais inquiétés, car jamais dénoncés par des trafiquants.

Europe 1
Par Pierre de Cossette, édité par Romain David

Les + lus