Chirurgien pédophile : le nombre de victimes potentielles s'élève à 349

, modifié à
  • A
  • A
Justice 2000x1000 Pixaby 1:25
Photo d'illustration © Pixabay
Partagez sur :
Le nombre de victimes potentielles du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec, suspecté de viols et agressions sexuelles sur des patients mineurs, s'élèverait désormais à 349, a annoncé vendredi le procureure de Lorient (Morbihan).

Les chiffres étaient déjà terrifiants. Le procureur de la République de la Rochelle parlait de 250 victimes potentielles, dans le dossier du chirurgien soupçonnés de pédophilie. Le nombre de victimes potentielles du chirurgien pédophile Joël Le Scouarnec, suspecté de viols et agressions sexuelles sur des patients mineurs durant près de 30 ans de carrière, s'élèverait désormais à 349, a annoncé vendredi Laureline Peyrefitte, procureure de Lorient, lors d'une conférence de presse.

"Parmi ces faits, certains sont prescrits", a déclaré la procureure de Lorient, où ce dossier qualifié de "hors normes" est insruit, précisant que "229 personnes ont été entendues dont 197 ont déposé plainte". Le médecin a scrupuleusement consigné plusieurs centaines de ses crimes sur papier. Il a énuméré les noms de 246 victimes dans deux petits carnets : un pour les filles, un pour les garçons. Des noms accompagnés d'un récit de ce qu'il leur a fait subir.

Pulsions pédophiles pleinement assumées

À côté de ça, pendant 30 ans, il a tenu un journal intime où il parle de ses crimes et de ses pulsions pédophiles, qu'il assume pleinement. Dans ce journal, il évoque aussi des cas qui ne sont pas évoqués dans les deux petits carnets. 

Pour maître Francesca Satta, l'avocate des parents de la fillette qui a permis de démasquer le chirurgien, "on est dans un dossier d'envergure où l'on dépassera largement les 250 victimes". "On est au début d'une affaire vertigineuse, qui le sera encore un peu plus dans les semaines à venir", estimait-elle en novembre dernier. Force est de constater qu'elle ne s'était pas trompée.

La procureur de la République a également indiqué que les investigations, menées par la Section de recherches de Poitiers, étaient particulièrement difficiles en raison du nombre de données et par "la litanie souvent insoutenable des écrits".

"Après analyse de divers supports informatiques saisis, ce sont près de 300.000 fichiers photographiques, 650 fichiers vidéos, et un nombre considérable d'écrits, répertoriés dans différents fichiers classés par ordre chronologique qui ont été retrouvés et qui dont dû faire l'objet d'une analyse approfondie", a dit Mme Peyrefitte

Reconnaissance partielle des faits

Joël Le Scouarnec, 68 ans, est incarcéré depuis sa mise en examen il y a deux ans et devra répondre du 13 au 17 mars devant la cour d'assises de la Charente-Maritime, à Saintes, d'accusations de viols et d'agressions sexuelles sur quatre victimes, mineures à l'époque des faits.

Ces faits, qu'il reconnaît partiellement, remontent aux années 1989 à 2017. Durant cette période, le chirurgien a travaillé en Touraine, à Loches (Indre-et-Loire), en Bretagne, à Vannes et Lorient (Morbihan) et en Charente-Maritime, à l'hôpital de Jonzac, lieu de son dernier domicile. Mais les enquêteurs ont découvert en 2017 à son domicile de mystérieux carnets comprenant des noms d'enfants.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP