"Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci" : le documentaire événement recommandé par Eva Roque

  • A
  • A
2:50
Le zapping de demain est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Du lundi au vendredi dans Culture médias, Eva Roque vous livre ses conseils TV pour la soirée. Ce mardi, elle nous propose un documentaire événement sur l'incroyable histoire d'une oeuvre d'art. "Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci" est à voir absolument dès 20h50 sur France 5.

Un documentaire événement diffusé ce soir sur France 5

Intitulé "Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci" et il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

Aux yeux du monde, l’histoire débute en novembre 2017, chez Christie’s.

Une vente aux enchères d’un tableau s’achève par des applaudissements. Vendu 400 millions de dollars, auxquels il faut ajouter 50 millions de commission. Jamais un tableau n’avait été vendu aussi cher. Il s’agit du "Salvator Mundi".

L’auteur de l’œuvre ? Mystère…

La toile a été achetée en 2005 par un marchand newyorkais pour un millier de dollars. Il la fait restaurer, l’étudie et pense qu’il s’agit d’une œuvre de Leonard de Vinci. Le conservateur de la National Gallery à Londres envisage de l’exposer. Encore faut-il s’assurer que De Vinci en est l’auteur. Quelques experts observent ce Christ. Un seul est convaincu, les autres ne se prononcent pas. Qu’importe, le conservateur décide de l’attribuer à Vinci à la surprise d’un chercheur historien. Oui, à Londres, on est allé un peu vite en besogne, mais qu’importe. Quelques mois plus tard, la toile est achetée dans des conditions rocambolesques, par un oligarque russe, propriétaire du club de foot de Monaco. 127 millions de dollars. Puis revendue donc 400 millions, quatre ans plus tard. L’acheteur s’appelle Mohammed ben Salem, dit MBS, le prince héritier saoudien. Un prince qui verrait bien son tableau au Louvre dans le cadre d’une grande expo en cours de préparation.

Sauf que dans les entrailles du musée parisien, et dans le plus grand secret, des analyses de l’œuvre sont réalisées. Verdict d’un haut fonctionnaire qui témoigne anonymement. Sauf que les Saoudiens insistent pour le tableau soit exposé avec la mention "œuvre de Leonard de Vinci".

Le "Salvator mundi" devient alors un objet diplomatique, une affaire d’Etat.

Au bout du compte, on ne sait toujours pas de qui est cette toile. On ne sait pas où elle se trouve non plus. Mais elle vient de donner naissance à ce documentaire d’Antoine Vitkine. Une œuvre au cours de laquelle vous allez croiser, des marchands d’art, des collectionneurs, des hommes d’affaires, des hommes de main, un joueur de poker, un conservateur de musée, des historiens, des journalistes, un président de la République. Une affaire rocambolesque digne d’un récit de Christophe Hondelatte, sauf que celle-là n’est toujours pas élucidée.

"Salvator Mundi, la stupéfiante affaire du dernier Vinci" est à voir absolument dès 20h50 sur France 5.