"C’est moche, c’est sale, c’est dans le vent" et "Court-circuit" : la nostalgie envahit la télévision ce week-end

, modifié à
  • A
  • A
3:39
Le zapping de demain est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Du lundi au vendredi dans Culture médias, Eva Roque vous livre ses conseils TV pour la soirée. Ce vendredi, elle a repéré deux programmes télé pour ce week-end avec la nostalgie pour point commun. Dimanche avec Benjamin Biolay et "Court-circuit" sur Canal+ à 15h30. Samedi avec toutes la bande du café de la gare (et pas seulement) dans "C’est moche, c’est sale, c’est dans le vent" sur France 5 à 22h25.

Comment se détendre ce week-end grâce à nos écrans ? À quoi ressemble le zapping du lendemain ?

À une douce nostalgie.

Ce jeudi, une chanson est venue s’incruster dans la tête d’Eva Roque.

Elle l’a traînée comme une rengaine toute la journée, en se disant que décidément cette chanson de Benjamin Biolay possédait une sorte de magie. Celle de la plonger dans une profonde mélancolie et, en même temps, capable de m’apporter une sorte de lumière qui transparaît dans le clip. Chanson extraite de son album "Grand prix", parce que Benjamin Biolay est un passionné de Formule 1. La preuve avec un documentaire magnifiquement réalisé et diffusé sur Canal+ dimanche intitulé "Court-Circuit". Une déclaration d’amour à la F1 et une série de rencontres dont une avec Alain Prost. Le pilote lui raconte alors ses débuts. La rencontre entre les deux hommes est très belle. Chacun perçoit dans l’autre des similitudes : l’adrénaline des grands moments, la solitude d’après course ou d’après concert. C’est un documentaire rythmé par une douce nostalgie, celle des légendes de la F1.

Les légendes d’Eva Roque sont plus théâtrales et culturelles. Grâce à Guillaume Meurice, elle a replongé dans l’histoire du café de la gare.

Créé en 1968 par Romain Bouteille, Coluche, Sotha, Henry Guybet entre autres, le café de la gare s’impose rapidement comme un lieu de contre-culture, en opposition au théâtre bourgeois. Règne alors une anarchie joyeuse. Pas de chef, pas de hiérarchie mais des rencontres, de l’humour tout le temps et du talent. Comme le jour où arrive un très beau jeune homme. Patrick Dewaere dont vous allez découvrir les premiers sketchs. Sorte de stand-up aux accents coluchiens. Ils ont inventé, ensemble, un nouveau théâtre à base d’un texte et de beaucoup d’improvisation. Sotha, Romain Bouteille et Henry Guybet racontent ces années avec délectation. Chaque séquence donne lieu à une anecdote, une façon aussi d’envisager la culture et la vie. Mais ce n’est pas un conte de fée, des disputes il y a eu et des bastons aussi. Ce documentaire est devenu l’anti-dépresseur du moment d’Eva Roque. Une bulle d’oxygène rythmée par des rires. Les dernières minutes l’ont émue aux larmes, elle a alors compris à quel point le théâtre lui manquait et allait lui manquer.

La nostalgie s’affiche donc sur vos écrans ce week-end :

- Dimanche avec Benjamin Biolay et "Court-circuit" sur Canal+ à 15h30

- Samedi avec toutes la bande du café de la gare (et pas seulement) dans "C’est moche, c’est sale, c’est dans le vent" sur France 5 à 22h25.