Les histoires extraordinaires - La tapisserie de Bayeux

  • A
  • A
5:08
© STEPHANE MAURICE / VILLE DE BAYEUX / AFP
Les histoires extraordinaires est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

Marc Messier revient ce dimanche sur l'incroyable histoire de la tapisserie de Bayeux.

Une Crosse brandie comme une épée. Un sexe élevé comme un calice. C’est un prélat fornicateur, ambitieux et guerrier qui se cache depuis près de 1.000 ans derrière la Tapisserie de Bayeux. Odon de Comteville, un Seigneur Normand, frère utérin et compagnon d’aventure de Guillaume le Conquérant. Un arrière-arrière-petit-fils de vikings, devenu par la grâce de son aîné, Evêque de Bayeux et le Français le plus riche d’Angleterre, une fois le Royaume Saxon  soumis aux Normands.

C’est cet homme-là, un barbu, blond et légèrement dégarni qui est, vraisemblablement, le commanditaire de cette incroyable BD médiévale, qui raconte, au crépuscule des Carolingiens, la conquête d’Albion par Guillaume le Conquérant, et notamment la fameuse bataille d’Hasting.  Une tranche d’histoire cousue de laine d’or et de couleurs pour montrer aux "Anglois" à quel point leur nouveau Roi, Guillaume, avait bien fait de les débarrasser de son prédécesseur. La Tapisserie de Bayeux, avec sa comète de Halley, ses animaux fantastiques et tous ses petits bonshommes muets. Un dépliant en lin, de 70 mètres de long. Toute la propagande de l’occupant normand. Un petit chef-d’œuvre, primitif, de communication politique,  à une époque où le peuple était totalement analphabète.

On oubliera l’histoire de la Reine Mathilde, la toute petite et très gracieuse épouse de Guillaume le Conquérant, à qui l’on a longtemps attribué la maternité de cette fabuleuse broderie.  Impossible, d’après les historiens, que Mathilde, même entourée d’une flopée de petites mains, a pu jouer les Pénélope et exécuter un tel ouvrage. Non. Toutes les pistes remontent à Odon ou Odo, ou encore Eudes selon les versions. Odon/Odo/Eudes de Comteville. Fils de Herluin et d’Arlette de Falaise, l’ancienne concubine de Robert le Magnifique, un autre aristocrate Normand, avec lequel, elle avait eu un 1er fils, Guillaume.

Un bâtard, qui deviendra, outre- Manche, le Conquérant que l’on connait. Celui qui, rappelons-le, pendant les quelques années de son règne anglais, introduira le français chez les saxons, le Français qui deviendra l’une des bases de l’anglais moderne. Guillaume qui a laissé aux britanniques la Tour de Londres et la devise de leur Monarchie "Dieu est mon Droit"

Odon est donc le demi-frère cadet de Guillaume, sur lequel le futur Conquérant va s’appuyer pour consolider son autorité sur une Normandie, qui est au 11ème siècle, est un véritable petit état indépendant, dans un Royaume de France morcelé dans tous les sens. Un duché, riche et bien organisé, qui suscite de nombreuses convoitises. Odon n’a pas encore 20 ans, lorsque Guillaume lui offre l’évêché de Bayeux, ou il achèvera la construction de la nouvelle cathédrale, entamée par son prédécesseur. La Fameuse. Celle, plus tard, qui servira d’écrin plus tard à la Tapisserie.

La Telle du Conqueste. Comme on disait à l’Epoque, la Toile de la Conquête. Qu’Odon a, semble-t-il, fait brodé après l’invasion de l’Angleterre, à laquelle il a participé très activement, fournissant à demi-frérot, chevaliers et drakkars. Odon, en personne, sur le champ de bataille d’Hasting. Une crosse épiscopale à la main, haranguant ses troupes. Un garçon très ambivalent, racontera plus tard un célèbre moine historien de l'époque. Un Odon, dont l'énergie, l'éloquence et la générosité n'avaient d'égale que sa brutalité, son vice et sa cupidité. Un Odon double, aussi vertueux que dévoyé. Un garçon détesté toute sa vie par l'église qui, ne vit en lui, qu'un laïc déguisé en évêque.  

Faux évêque et débauché. Un libertin qui raffolait des femmes qui, visiblement, troussait, toutes celles qui passaient à proximité. Un homme qui rendit de grands services à son demi-frère. Guillaume qui récompensa Odon en lui offrant le comté de Kent. Toute la région de Douvres et tout ce qui était dessus étaient à lui. Ce qui fit,  d'Odon de Bayeux, l'homme le plus riche et le plus puissant d'Angleterre pendant toute son occupation. Odon jouant même le régent lorsque Guillaume rentrait, de temps en temps en Normandie.

La suite et la fin de l'Histoire d'Odon se perdent dans le temps. Il semblerait que le Cadet du Conquérant ait à un moment trahi. On sait qu'il fut emprisonné, avant d'être gracié. Qu'il partit un jour pour la Sicile, et qu'il mourut, brutalement, de maladie à Palerme ou reposent toujours ses cendres.  Un tombeau. 2 motifs, une Crosse et un Calice. L'Histoire Epique de l'homme de la Tapisserie de Bayeux.