Grand débat national : et si les chasseurs devenaient "le contrepoids des 'gilets jaunes'" ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Chaque matin, Michaël Darmon évoque un sujet précis de la vie politique.

Bonjour Michaël Darmon, vous revenez ce lundi sur la petite phrase d'Emmanuel Macron lors de la galette des rois de l’Elysée. Il a loué le sens de l’effort devant les artisans boulangers tout en regrettant que de nombreux français ne le partagent pas. Une déclaration qui a fait réagir… Mais vous nous dites que c’est un propos parfaitement assumé. Expliquez-nous.

Emmanuel Macron ne dévie pas de sa trajectoire politique : il veut continuer à consolider son socle électoral et maintenir une partie de l’électorat de droite. Et quoi de mieux pour cela que de profiter de l’occasion comme il l’a fait de ce rituel lorsque les artisans et apprentis de la boulangerie viennent offrir galette des rois ?

Et s’il n’y a pas de fève à l’intérieur puisque le président ne peut tirer les rois, il a décidé de truffer la galette d’une petite fève politique pimentée à la sauce Macron pour bien faire comprendre qu’il ne change pas de projet malgré la crise des "gilets jaunes". C'est aussi pour cela qu’il a répété dans sa lettre aux Français qu’il ne reviendra pas sur ISF.

Et justement il y a une partie symbolique de cet électorat de droite qui a décidé de préserver, voire de protéger, Emmanuel Macron en se tenant en retrait de la crise : les chasseurs. Comment ?

Effectivement, les chasseurs n’ont pas retourné leurs gilets oranges et en grande majorité n’ont pas adopté le jaune. Même s’ils ont fait partie au départ des comités d'automobilistes en colère.

Pourquoi cette neutralité ?

Et bien parce que leur fédération a donné par écrit des consignes très fermes aux adhérents. Dans des documents consultés par Europe 1, il est rappelé que le président de la République a respecté ses engagements vis-à-vis des demandes des chasseurs et que cette parole donnée mérite respect. 

Le tout dans un style assez direct avec des phrases du style : "qu'avons-nous à faire dans ce merdier ? dans cette guerre civile qui se prépare ? Ne jamais soutenir ceux qui font tout pour tuer des policiers et des gendarmes", a écrit Willy Shren le président de la fédération des chasseurs. Les chasseurs c’est un lobby très discipliné avec près de 4 millions de familles en lien avec le monde de la chasse. Une population qui compte dans la ruralité à laquelle Emmanuel Macron est très attentif, Nicolas Hulot en sait quelque chose…

Et dans le "débat national" qui commence, les gilets oranges, peuvent jouer le rôle de contrepoids des "gilets jaunes". Les chasseurs sont donc à l’affût pour protéger Emmanuel Macron.