"Emmanuel Macron a du mal à accepter le départ de son conseiller Sylvain Fort"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique est une chronique de l'émission Debout les copains !
Partagez sur :

Chaque matin de cette semaine, Michaël Darmon évoque les personnalités et les événements qui vont marquer 2019.

Turbulences dans le premier cercle du président de la République avec le départ de Sylvain Fort, conseiller en communication d'Emmanuel Macron.

La plume du président s’envole loin de l’Élysée : Emmanuel Macron a du mal à l’accepter. Mercredi soir tard, le président de la République appelait des amis pour leur demander de convaincre Sylvain Fort de revenir sur sa décision. Mais l’homme aux 300 discours écrits depuis le début du mandat a pris une décision irrévocable pour des raisons personnelles qui, certes, sont respectables mais qui n'expliquent pas tout.

 

Sylvain Fort, qui a rejoint Emmanuel Macron dès le début de la campagne, a un profil atypique, avec des champs d'expertise et des passions très diverses. En osmose intellectuelle avec Emmanuel acron au sommet de l'État, ils ont bâti une sorte de France idéale à travers les mots. Les trois discours marquants écrits par Fort et Macron resteront certainement ceux consacrés au colonel Beltrame, aux catholiques de France et à Johnny Hallyday.

 

Le départ de ce conseiller du premier cercle annonce d’autres mouvements prévus au sein de l’équipe de l’Élysée qui, durant les premiers mois de 2019, va connaître un renouvellement complet. Prochain sur le départ, Ismaël Emelien, le conseiller spécial du président, qui a déjà demandé depuis quelques temps à partir. D'autres conseillers moins connus sont déjà partis, comme le conseiller parlementaire Stéphane Séjourné, qui va s’occuper de la campagne européenne, ou comme la conseillère Moyen-orient en vue du grand mouvement diplomatique qui se prépare.

 

Ce remaniement au cœur de la machine élyséenne est tout sauf anodin. Il concernera aussi le plus haut niveau. À court ou moyen terme, il est question du départ d'Alexis Kohler, le secrétaire général, clé de voûte du système présidentiel.