2:50
  • Copié

Tous les jours pendant l'été, à 6h56 et 8h43, Marion Sauveur vous livre une idée de recette pour égayer vos papilles. Aujourd'hui, l’agneau de prés salés.

L’agneau de prés salés est une viande d’exception, bien rouge et bien persillée, à la saveur plus fine qu’un agneau classique. On est en plein dans la saison de ces agneaux élevés dans les baies de la Manche. C’est une pratique d’élevage très ancienne, qui existe depuis 1.000 ans autour du Mont-Saint-Michel, et attestée depuis le 15e siècle siècle dans le Baie de Somme.

Les bergers emmènent les agneaux et leurs mères dans les pâturages côtiers à la fin de l’hiver. Ils vont gambader, se muscler... Ils parcourent une dizaine de kilomètres chaque jour. Les agneaux, jusque-là uniquement nourris du lait de leur mère, découvrent la flore saline et iodée des baies, des plantes souvent recouvertes par la mer. Et ce au moins durant deux mois et demi minimum. C’est tout cet environnement qui fait d’ailleurs de l’agneau des prés salés une viande​ si particulière : pas grasse mais bien persillée et surtout très tendre.

Elle coûte plus chère que celle d’un agneau classique : il faut compter 30% de plus en moyenne. Il existe deux appellations d’origine protégée : l'agneau de prés-salés du Mont-Saint-Michel et l’agneau de prés-salés de la baie de Somme.

Comment nous proposez-vous de cuisiner l’agneau de prés salés ? 

L’agneau des prés salés, il ne faut pas le brusquer. Je vous propose donc de réaliser un effiloché d’épaule d’agneau. Vous allez voir, il n’y a rien de plus simple. On commence par enduire l’épaule d’agneau de beurre avant de la faire dorer dans une cocotte. Dès qu’elle est bien grillée de chaque côté, direction le four ! Cocotte fermée, on fait chauffer à basse température, 110 degrés, et on laisse viande confire doucement pendant cinq heures.

Quand vous allez ouvrir le four, ça va sentir terriblement bon et la viande va se détacher tout doucement. Vous pouvez la servir avec des petites pommes de terre sautées, tout simplement, et avec une petite fleur de sel. Pas d’artifice avec l’agneau. C’est une recette que vous pouvez faire aussi au barbecue pour apporter un petit goût fumé à la viande mais il ne faut pas la cuire directement sur la grille, ni sur les braises. Il faut laisser confire tout doucement. 

 

Recette

Ingrédients

  • Une épaule d’agneau d’1kg
  • 20g de beurre
  • 2 branches de romarin

 

Préparation : 

1. Commencer par masser l’épaule d’agneau avec le beurre. Dans une cocotte, la faire griller à feu vif de chaque côté avec le romarin.

2. Une fois dorée, placer la cocotte à couvert dans un four à 110 degrés. Laisser confire doucement, pendant au moins cinq heures. Il faut que la chair se défasse toute seule.

 

Chaque matin, vous partagez aussi avec nous l’astuce d’un chef

Aujourd’hui, c’est celle d’Olivier Barbarin, chef au château d'Audrieu dans le Calvados. Avec lui, on réalise un tartare avec la selle d’agneau. "Je coupe en petits dés, je garde bien au frais, j'assaisonne au dernier moment, avec une vinaigrette de cidre puisqu'on est dans le calvados, une huile de colza bio, un petit peu de sel, du poivre, quelques herbes du jardin qui sont juste hachées", énumère-t-il. "Ça a un goût un tout petit peu puissant qu'on n'a pas l'habitude de goûter. Mais ça reste assez similaire au tartare de bœuf. Il y a plus de mâche sur cette partie-là."

Au château d’Audrieu, Olivier Barbarin propose l’agneau en déclinaison avec différentes cuissons pour le carré d’agneau, le gigot laqué au miel ou encore ce tartare avec de l’huître et un peu de concombre pour la fraîcheur.

Est-ce que vous avez une deuxième adresse ? 

Oui, en Bretagne cette fois-ci, à Saint-Malo. Le chef Jérôme Barbançon du restaurant les 7 mers prépare un agneau en quatre façons, avec un jus à l'ail des ours. Un accord parfait !