Vieilles maisons, vieux papiers de G. Lenôtre : le plus grand représentant de la petite histoire

  • A
  • A
Le livre du jour est une chronique de l'émission Le grand journal du soir
Partagez sur :

Chaque soir, Nicolas Carreau nous emmène à la découverte des plus belles nouveautés littéraires.

 

Vieilles maisons, vieux papiers de G. Lenôtre aux éditions Tallandier

Le plus grand représentant de la petite histoire.

Alain Decaux et Franck Ferrand sont des héritiers, des fils spirituels d’un certain G. Lenôtre, un peu oublié aujourd’hui, mais très connu au début du XXème siècle. C’est le pape de la petite histoire. Il a raconté la guillotine, des destins incroyables de parfaits inconnus. Il s’est penché sur des énigmes de l’histoire, comme le Masque de fer. Bref, il a fait le travail que les grands historiens académiques méprisent parfois mais dont raffole le public.

Pourquoi en parler aujourd’hui ?

Parce que les éditions Tallandier ont publié les six tomes d’une série intitulée : Vieilles maisons, vieux papiers, qui rassemblent des tas d’histoires de G. Lenôtre. Et le dernier tome, le sixième vient d’arriver en poche. Donc la boucle est bouclée d’une certaine manière. Et c’est l’occasion de le redécouvrir. C’est un bonheur de lecture. Ce sont de courts chapitres souvent, des nouvelles si vous voulez, mais ce sont des récits historiques parfaitement vérifiés, débusqués le plus souvent dans les archives nationales. On peut choisir de lire une histoire avant l’autre, de picorer dans le livre. Mais ce ne sont pas des sujets rebattus et vous serez fascinés, happés par le récit de G. Lenôtre.

Dans ce dernier volume, quel récit séduit en particulier ?

Le dernier dont le titre est plutôt intrigant : La chevalière de Fréminville. Christophe Paulin de la Poix, chevalier de Fréminville, était lieutenant de vaisseau, un marin, au XIXème siècle. Mais aussi un passionné de coquillages et de sciences naturelles. Un jour, aux îles des Saintes, où son navire faisait escale, il tente de récupérer une branche de corail pour sa collection, mais il est pris dans d’immenses vagues et son corps se fracasse sur les coraux et les rochers. Il doit son salut à des locaux qui le récupèrent et l’emmènent chez Caroline, une jeune femme très belle qui prend soin de lui… ils tombent amoureux. Mais Fréminville doit repartir à bord de son vaisseau. Quand il revient, Caroline est morte, elle s’est noyée. Le chevalier va devenir fou et sera connu à la fois pour ses connaissances scientifiques, mais aussi pour se déguiser régulièrement en femme, une manière pour lui de faire vivre encore un peu sa Caroline.

Vieilles Maisons, Vieux papiers chez Tallandier, dans la collection Texto.