Le cardinal Barbarin jugé en appel, 28% des arrêts de travail ne sont pas pris, bientôt une allée France Gall à Paris

, modifié à
  • A
  • A
Désolé, ce contenu n'est plus disponible.
Le journal de 8h d'Europe 1 est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Le Brief - Ce qu'il ne fallait pas manquer dans l'actu de ce jeudi 28 novembre à 8h : le procès en appel du cardinal Barbarin s'ouvre aujourd’hui à Lyon. D'après une enquête de Malakoff Médéric Humanis, les prescriptions médicales sont de moins en moins respectées. L'interprète de "Résiste" aura une allée à son nom au parc Monceau. 

Le cardinal Barbarin de retour devant la justice

Il est de retour devant la justice des hommes. Le procès en appel du cardinal Barbarin s'ouvre aujourd’hui à Lyon. Pour rappel, il avait été condamné en mars dernier à six mois de prison avec sursis. On lui reproche d’avoir avoir gardé le silence sur les agressions sexuelles commises par un prêtre de son diocèse. L’archevêque de Lyon avait fait appel de cette condamnation. Il reconnaît des erreurs mais conteste sa culpabilité. Ce nouveau procès devrait tourner autour des points de droit soulevés par l'affaire.

28% des arrêts de travail ne sont pas pris

Vous êtes souffrant, votre médecin vous prescrit un arrêt de travail mais vous ne pouvez vous résoudre à ne pas aller travailler. A en croire une enquête publiée aujourd’hui, c’est le cas de pas mal de personnes. les prescriptions médicales sont de moins en moins respectées avec 28% des arrêts maladie "non pris" ou seulement "partiellement". Les plus concernés sont les dirigeants. Pour ce qui est des salariés interrogés, ils affirment ne pas prendre leur arrêt pour "ne pas se laisser aller" et parce que "les journées non-travaillées ne sont pas prises en charge".

Une allée France Gall à Paris

En janvier prochain, ça fera deux ans que France Gall nous a quitté. Et d’après une information du Monde, la chanteuse aura bientôt une allée à son nom à Paris. Ce sera dans le parc Monceau dans le 8e arrondissement. Une allée Michel Berger existe déjà. Le nom de France Gall devait lui être accolé dans un premier temps. Mais le fils des deux artistes "a souhaité que sa mère ait une allée à son seul nom", pour ne pas être réduite à un statut d’épouse. Le projet sera débattu en conseil municipal le 9 décembre.