Petit coup de mou pour la croissance française

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
2:32
Partagez sur :

Chaque matin, Emmanuel Duteil fait le point sur l'actualité économique.

Et on passe à l'économie avec vous Emmanuel Duteil. Et on s'intéresse ce matin au petit coup de mou pour la croissance française.

Oui l’Insee fait deux fois par an des prévisions, c'est ce que l'on appelle des notes de conjoncture. Et à chaque fois l'institut de statistique se creuse les méninges pour trouver un titre à cette note de conjoncture, c'est toujours un peu poétique. Ce coup-ci on a eu le droit à "ciel voilé en Europe". Alors un ciel voilé - sans vouloir faire ombrage à Laurent Cabrol - c'est pour l'Insee un ciel où le soleil continue de briller, mais où des nuages arrivent. Du coup la croissance va être moins vive cette année. L’Insee table sur 1.7% contre 2.3% l'an dernier.

Quels sont ces nuages ?

Eh bien ça n'a pas été folichon en début d'année. Si je dois continuer ma atmosphérique on a eu une petite dépression imprévue. Notre consommation, en effet, a été atone. Une des raisons c'est que les prix de l'énergie ont progressé. Vous vous en êtes par exemple rendu compte si vous avez une voiture quand vous faîtes le plein. Les grèves n'ont pas aidé non plus. Mais comme le savez Pâques au tison Noël au balcon, y'a du soleil - en effet - de prévu à la fin de l'année : on va se remettre à consommer sur les derniers mois, grâce notamment à la baisse de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Ce qui fait que sur l'année la consommation devrait progresser seulement de 1%.

Deuxième raison et là c'est encore plus notable, les entreprises vont investir moins massivement par exemple des machines. Et tout cela parce que la croissance en Europe au global est aussi un peu moins dynamique. En revanche l'économie américaine tourne à plein régime. Donc si on mélange tout cela on retrouve notre ciel voilé.

Je ne m'y connais pas trop mais 1.7% de croissance ça reste correct malgré tout Emmanuel.

C'est clair que si on regarde les dernières années c'est même pas mal. L’Insee le dit la croissance en a encore un peu sous le pied mais moins que l'an dernier et c'est pour cela que cette croissance permet de créer des emplois et donc de réduire un peu le chômage. Le taux de chômage devrait être de 8.8% à la fin de l'année : une petite baisse de 0.2 point par rapport à la fin de l'année dernière. Ce qui reste encore bien limité, il va falloir des réformes et de la croissance pour vraiment réussir le pari de relancer la France.

Les émissions précédentes