Droit du sol : Laurent Wauquiez cherche à créer un clivage avec le gouvernement

, modifié à
  • A
  • A
3:35
L'édito politique d'Hélène Jouan est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Laurent Wauquiez a choisi mercredi, lors d'une convention sur l'immigration, de remettre en cause le droit du sol. 

Laurent Wauquiez contre-attaque sur le terrain de l'immigration en brandissant deux étendards symboliques : la remise en cause du droit du sol et le recours au référendum. Le président des Républicains ne fait pas preuve d'originalité, puisque c'est récurrent depuis 30 ans. Vous remarquerez qu'il ne suggère pas de l'abolir pour le remplacer par le droit du sang, à l'instar de Valéry Giscard d'Estaing, il y a 28 ans. Jean-Marie Le Pen l'avait accusé de marcher sur ses plate-bandes en 1993. Charles Pasqua avait assorti de conditions l'accès au droit du sol, lesquelles avaient été supprimées par le gouvernement Jospin et plus récemment lors de la primaire de la droite, tous les candidats en ont parlé. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé suggérant qu'un enfant né sur le sol Français ne pourrait acquérir la nationalité Française à 18 ans, que si l'un des deux parents à sa naissance était en situation régulière.

Créer un clivage avec le gouvernement. Ce n'est pas tant pour courir derrière le Front National, comme on le lui reproche déjà, que pour créer un clivage avec le gouvernement que Laurent Wauquiez relance cette affaire qui n'a aucune chance d'aboutir. Parce que si le projet Collomb suscite l'ire de la gauche insoumise et morale, parce que trop autoritaire et sévère, Laurent Wauquiez juge au contraire qu'elle manque de fermeté. Et là, il joue sur du velours, puisque 82 % des sympathisants des Républicains estiment que l'immigration est une catastrophe pour notre pays.

Laurent Wauquiez agite les peurs. Face à la peur, je réponds avec des chiffres. En 2017, 262.000 personnes ont obtenu un permis de séjour. Pour Laurent Wauquiez, c'est beaucoup trop. Il y a eu 83.000 naturalisations. Résultante de La circulaire Valls de 2012 permet aux irréguliers, d'obtenir la nationalité Française au bout de 5 ans. Ce qui est très généreux. Alors question : combien y-a-t-il d'immigrés irréguliers sur notre sol ? Difficile à savoir. Mais ce chiffre en 2016, 311.310 immigrés en situation irrégulière ont bénéficié de l'aide médicale d'Etat. Le budget qui a augmenté de 49 % depuis 2011 atteint 1 milliard en 2018 !

La question des mineurs étrangers. Mais c'est la question des mineurs étrangers isolés qui interroge le public. Ils sont aujourd'hui 20.000 à la charge des départements. Hébergés dans des foyers, cela coûte 1,25 milliard d'euros. Mais on voit qu'ils arrivent grâce à des réseaux de passeurs très organisés et il est difficile de les renvoyer et de déterminer d'où ils viennent. Leur pays d'origine ne fait pas de zèle pour les rapatrier. En plus, sachant qu'un mineur isolé de moins de 13 ans est régularisable automatiquement, la Loi Collomb va leur permettre de faire venir leur famille. La droite s'inquiète parce qu'elle dit là que c'est un formidable appel d'air.