Les salaires repartent à la hausse grâce à l’inflation

  • A
  • A
3:33
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Les salaires repartent de l'avant, une bonne nouvelle pour le pouvoir d'achat.

Selon une enquête du cabinet Deloite, les salaires augmentent cette année de 2,2%. Pour les cadres, c'est même 2,5%.
L’explication tient au fait que les patrons sortent le carnet de chèque parce qu'ils voient bien que tout augmente.
Ils ont intégré le retour de l'inflation qui s'établit à 2,3%.

C’est intéressant parce que l'on voit bien comment le retour de l'inflation est en train de changer la donne, en faisant des gagnants et des perdants.
Les gagnants ce sont les gens endettés qui ont un emprunt immobilier, car si les salaires augmentent pour couvrir la hausse des prix, les mensualités restent fixes.
C’est un phénomène constaté dans les années 60 et 70. Après une période d'inflation très forte avec une forte hausse de salaires, il est très facile de rembourser les emprunts immobiliers. On remboursait en monnaie de singe.
Ce phénomène est à l'œuvre aujourd'hui, même s'il est moins puissant.

Et qui sont les perdants ?

À l'inverse, les perdants sont ceux qui ont des capitaux, qui ont de l'argent à la banque, car l'inflation vient dévaloriser cet argent. Le taux du livret A est de 0,75%, il ne compense absolument pas une inflation à plus de 2%.
Ceux qui ont du bien sont donc perdants.

Si on veut être concret, les gagnants sont les endettés qui remboursent en monnaie de singe.
Qui est endetté en France ? Les jeunes mais surtout l'État avec plus de 2.000 milliards de dettes.
Les perdants sont les possédants, qui sont souvent les personnes plus âgés. Même si, attention, on n'est pas au Venezuela avec une inflation d’un million de pourcent. En France, une inflation de 2,3%, ça reste acceptable. À la fin des années 70, il y avait 13% d'inflation !