L'équipe de France va-t-elle gagner le mondial : la banque suisse UBS a fait tourner ses modèles de simulation !

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

On connait désormais les 23 sélectionnés pour l'équipe de France. Axel de Tarlé est en mesure de faire des pronostics sur le grand gagnant de la Coupe de Monde.

C'est la banque Suisse UBS qui a utilisé ses programmes informatiques de prédiction économique pour prédire cette fois le résutlat du Mondial.
Au lieu de rentrer dans la machine des chiffres d'investissements ou de consommation, les analystes ont donc saisi le classement des équipes et la difficulté de chacune à se qualifier. Au Foot, il y a une part de chance également, on a donc introduit ce facteur chance. 10.000 simulations ont été réalisées soit 10.000 coupe du monde virtuelle.
À la fin, le résultat n’est pas très original puisque le vainqueur de la Coupe du Monde 2018 est : l'Allemagne qui aurait 24% de chance de gagner la Coupe, suivie par le Brésil à 20% et l’Espagne en troisième position.
La surprise est du côté de l’Angleterre qui se classe quatrième devant la France, cinquième, qui aurait 7% de gagner le mondial.
Derrière enfin, on trouve : la Belgique, l’Argentine ou le Portugal.

Est-ce crédible ? Que vaut ce genre d'étude ?

En 2006, UBS avait eu tout bon et prédit correctement la victoire de l'Italie.
En 2014, pour la dernière coupe du monde, personne (ni UBS, ni Goldman Sachs qui fait la même étude) n'avait pronostiqué l'humiliante défaite du Brésil, à domicile, sept buts à un, face à l'Allemagne.
Même si Goldman Sachs avait correctement prédit tous les autres match, sauf cette demi-finale fatale.
Preuve, et c'est tant mieux, qu'on ne peut pas mettre le football en équation.

Tout cele témoigne de la montée en puissance des algorithmes et de l'intelligence artificielle dans la finance.

De plus en plus dans les banques, les analystes ou les traders sont remplacés par des ingénieurs.
Vous avez des programmes informatiques qui croisent quantité de données économiques, même des offres d'emplois, des promotions ou des rabais et tout cela permet d'anticiper la dynamique d'un secteur ou d'une entreprise.
À la fin, l'algorithme vous dit quelle action acheter et quelle stratégie mettre en place pour acheter ces actions au plus bas.
Bref, les traders disparaissent des salles de marché ce qui (deuxième avantage) permet de faire des économies car un ingénieur coûte nettement moins cher qu'un trader. Reste à savoir maintenant la pertinence de ces algorithmes.

A en croire le programme UBS, la France devrait perdre en quart de finale, face à l'Espagne - ce qui suppose que l'Espagne finisse deuxième de son groupe. J'ai même, la date, le lieu et l'heure ! Le vendredi 6 juillet, à 16 heures, à Nijni Novgorod.