La présidentielle française vue des Etats-Unis

SAISON 2016 - 2017
  • A
  • A
4:51
© Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :

Les médias et les politiques américains s'intéressent particulièrement à l'issue du second tour de l'élection présidentielle. 

Notre rendez-vous tous les dimanches matin « American Breakfast »… avec notre correspondant aux Etats-Unis, Xavier YVON… Bonjour Xavier…

Good morning Wendy… Bonjour à tous

Quel est le menu ce matin, Xavier ?

Alors comme avant le 1er tour de la présidentielle, on va voir quel regard les Américains portent sur notre élection, et le duel Macron-Le Pen…  puis pour s’échapper on finira en s’envolant dans la voiture du futur…

Commençons donc par voir comment les médias américains parlent de notre présidentielle, Xavier…

Remontons à lundi, lendemain de premier tour, et mettons-nous à la place du président des Etats-Unis, Donald Trump, c’est-à-dire, mettons-nous devant la télé… et devant la matinale de Fox News, la chaine d’info très conservatrice…

SON"Une humiliation spectaculaire pour l’élite politique traditionnelle française", voilà comment Fox News a résumé le 1er tour: la chaîne retient que les 2 grands partis de droite et de gauche sont éliminés, et que donc l’establishment a été balayé… tout comme le téléspectateur n°1 de la chaîne, Donald Trump a balayé l’establishment politique américain…

Les médias ici ont tous dressé les portraits des 2 finalistes… avec pour Emmanuel Macron, un passage obligé sur l’âge de sa femme…

SON

Oh mon Dieu, cette présentatrice de la matinale de CBS ne cache pas son étonnement…  vous l’avez entendu… c’est tout ce qu’elle retient… et c’est peut-être mieux, parce que l’envoyée spéciale de la chaîne à Paris, a parlé de Marine Le Pen comme d’une candidate « de droite » et a expliqué que le 1er tour c’était des « primaires »…

Le plus sérieux New York Times, lui, retient surtout je cite, que « jamais depuis la 2nde guerre mondiale l’extrême-droite n’a été aussi proche de prendre le pouvoir en France ».

Et cette campagne d’entre-deux-tours, comment est-elle perçue ?

Elle est regardée avec bien sur un prisme américain : une candidate populiste dont les sondages disent qu’elle ne peut pas gagner… ici ça rappelle qqch… on connait la suite : contre toute attente, Donald Trump a été élu… alors le système électoral n’est pas du tout le même, mais les dynamiques se ressemblent… c’est ce que relèvent les journaux américains…

Le Washington Post prévient : « l’étroit chemin vers une victoire Le Pen passe par l’abstention, comme pour Trump… la candidate d’extrême droite adopte la même stratégie que lui : encourager ses opposants à rester à la maison… » … et effectivement Donald Trump a gagné de justesse dans tous les Etats où il fallait parce qu’il y a eu démobilisation dans l’autre camp… c’’était bcp lié à la personnalité d’Hillary Clinton…

Certes, Emmanuel Macron est différent, mais attention à « l’arrogance », prévient Roger Cohen, éditorialiste francophile du New York Times… qui pense que malgré les chiffres et les sondages, rien n’est fait…

« Macron va devoir gagner le 7 mai, pas attendre que Le Pen perde », prévient-il… ça été l’erreur d’Hillary Clinton avec Donald Trump…

D’ailleurs le titre de l’article de Roger Cohen est un appel « Au travail, Mr Macron, au travail ».

Et justement Donald Trump, lui, il en pense quoi ? a-t-il une préférence ?

Alors il n’a rien dit ou rien tweeté sur la France depuis le 1er tour… de ce qu’il avait pu écrire avant, on avait bien senti une préférence pour Marine Le Pen, qui joue la même partition populiste, qui était comme lui pour le Brexit… mais si le président américain reste silencieux, c’est peut-être parce d’abord parce qu’il aime les « vainqueurs », dit le NY Times.. et aussi qu’il a compris qu’une victoire Le Pen ne serait pas forcément une bonne nouvelle pour lui … Et même sur Fox News, l’éditorialiste économique fait cette analyse quand on lui demande qui serait le meilleur président français pour les Etats-Unis…

SON

C’est Macron qui serait bon pour les Etats-Unis, d’un point de vue économique, pas Marine Le Pen… SON… une présidence Le Pen ce serait la fin de l’euro et une crise financière, dommageable pour l’Amérique.

Allez, on termine avec tout autre chose, Xavier, cette semaine il a été question chez vous de voitures volantes…

Oui, dans la série le futur s’invente en Amérique, le match est lancé pour sortir la 1e voiture volante…une demi-douzaine de start-up de la Silicon Valley y travaillent… lundi, l’une d’elles soutenue par un fondateur de Google a révélé un prototype une-place, qui ressemble à un mélange de moto et d’hélicoptère sorti de la guerre des étoiles… sur la vidéo, on le voit survoler un lac, se poser et repartir… « pas besoin de permis de piloter, ça se prend en main en qq minutes » selon ses inventeurs.. mais ça ne sera utilisable qu’au-dessus de l’eau pour l’instant… et sur le marché d’ici la fin de l’année…

Et cette semaine aussi, Uber a annoncé des partenariats pour développer son propre réseau de voitures volantes à la demande : les villes de Dallas et Dubai sont partantes… objectif 2020 pour les 1ers essais de ces appareils capables de survoler les bouchons.

Bien pratique… on se retrouve la semaine prochaine, Xavier.

A dimanche prochain !

Les émissions précédentes