Un robot qui supprime les mauvaises herbes avec un laser

  • A
  • A
1:57
© Europe 1
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Anicet Mbida nous livre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation. Ce mercredi, il évoque un robot qui permet d'éradiquer les mauvaises herbes au laser. Une solution intéressante pour les exploitations désireuses de fonctionner sans pesticide mais encore très couteuse.

Votre innovation du jour va peut-être enfin faire oublier les Roundup, glyphosate et compagnie. Il s’agit de robots capables de supprimer les mauvaises herbes, une par une, avec un laser.

Cela va intéresser les agriculteurs bio, puisqu’on n’utilise plus aucun produit chimique et plus aucun herbicide. On fonctionne à l’ancienne, en détruisant, à la main, chaque mauvaise herbe. Sauf que là, heureusement, c’est un robot qui s’en occupe.

Il faut s’imaginer une sorte de tracteur autonome avec des caméras et des algorithmes de reconnaissance d’image. On le laisse patrouiller dans le champ. Dès qu’il repère une mauvaise herbe, il la brûle très précisément au cœur avec un laser, pour l’empêcher de repousser. Avantage : on n’impacte pas le sol. Au contraire, l’herbe détruite va se décomposer et lui apporter ses nutriments.

J’imagine que ça doit couter beaucoup plus cher qu’une bonne vieille binette…

Oui, plusieurs centaines de milliers d’euros malheureusement. Donc il faudra quand même plusieurs années pour le rentabiliser. Il faut savoir qu’aujourd’hui, beaucoup d’agriculteurs bio n’ont pas d’autre solution que de désherber à la main. C’est pourquoi les grandes exploitations sont difficiles à rentabiliser. Ce genre de machines pourrait peut-être changer donne. Elles fonctionnent 24h/24 et remplacent facilement une quinzaine de personnes.

Elles sont déjà commercialisées ? 

Oui, cela commence tout juste pour le robot américain de Carbon Robotics, celui qui grille les mauvaises herbes avec un laser. On attend encore celui des Anglais de RootWave qui, lui, utilisera un tison électrique. C’est un nouvel exemple de ce qu’on appelle l’agriculture de précision. Je vous en ai déjà parlé. C’est très tendance en ce moment : utiliser la technologie pour traiter précisément chaque plante, chaque feuille, pour éviter tous ces épandages qui ruinent les sols.