Hygiène : un système pour désinfecter toutes les surfaces en permanence

  • A
  • A
1:48
L'innovation du jour est une chronique de l'émission Europe Matin - 5h-7h
Partagez sur :

Chaque jour, Anicet Mbida nous fait découvrir une innovation qui pourrait bien changer notre façon de consommer. Ce vendredi, il revient sur une avancée importante en cette période de pandémie mondiale. Il s'agit d'un système qui permet de désinfecter des surfaces en permanence.

Ce vendredi, une innovation qui va soulager ceux qui passent leur temps à tout désinfecter pour éviter la prolifération des virus. Il s’agit d’un système qui détruit, en permanence, tous les germes sur n’importe quelle surface.

Vous l’installez sur une poignée de porte, sur des boutons d’ascenseur, une rampe d’escalier, la barre du métro, etc. Et il va supprimer tous les microbes instantanément et en continu.

Ce fonctionnement immédiat fait vraiment la différence. Car je vous avais déjà parlé de métaux ou de films antibactériens. Ils fonctionnent bien, mais pas en instantané. Il faut attendre parfois des heures que tous les germes soient détruits. Donc en touchant un objet, on n’aura aucune garantie qu’il n’y a plus de microbes dessus.

Avec ce nouveau système, on sera certain qu’ils seront tous détruits en permanence. Cela évitera d’augmenter à l’infini les cadences de nettoyage.

À quoi ça ressemble ? Comment ça marche ?

C’est un petit boitier qui va générer, sur toute la surface d’un objet, une sorte de gaz très particulier que l’on appelle du plasma froid. Il s’agit d’un désinfectant naturel. Dès qu’une toxine ou un micro-organisme entre en contact avec, il sera pulvérisé automatiquement.

On l’utilise déjà dans l’industrie pour désinfecter certaines pièces sans produits chimiques et pour purifier l’air. Mais désormais, les chercheurs de l’université de Princeton aux États-Unis ont trouvé un moyen, très bon marché, de générer ce plasma directement à la surface des objets.

Il n’y a pas de risque pour l’homme ?

Apparemment non. Au pire, les surfaces pourraient devenir légèrement chaudes. Mais il n’y a pas de risque d’irritation ou autre, comme avec l’eau de Javel ou le gel hydroalcoolique.

Le brevet a été mis à disposition. On attend maintenant les premières installations.