LE SAVIEZ-VOUS ? Galilée a inspiré une célèbre pièce de Bertolt Brecht

SAISON 2019 - 2020
  • A
  • A
4:05
© Europe 1
Partagez sur :

En 1938, en pleine Seconde Guerre mondiale, l'auteur allemand Bertolt Brecht écrit une biographie théâtrale de Galilée. Elle deviendra l'une de ses œuvres majeures. Découvrez cette histoire dans cet épisode bonus de "Au Cœur de l'Histoire".

En écoutant le récit consacré à Galilée, vous vous êtes peut-être interrogé sur les retombées des travaux du savant sur la philosophie et la culture. Dans cet épisode bonus de Au cœur de l'histoire, le spécialiste histoire Jean des Cars vous raconte comment Bertolt Brecht, un auteur allemand, s'inspirera de la vie de Galilée pour écrire une pièce entrée dans l’Histoire.

Saviez-vous qu’en 1938, l’écrivain allemand Bertolt Brecht, auteur du célèbre Opéra de Quat'sous a écrit une pièce historique en quinze tableaux intitulée La vie de Galilée ? Elle sera créée à Zürich, en pleine Seconde Guerre mondiale, en 1943. L’oeuvre est calquée sur le comportement du savant qui n’a jamais sacrifié sa personne ni son confort matériel à son honnêteté intellectuelle. En effet, Galilée est l’homme qui a abjuré ses découvertes dérangeantes pour l’Eglise plutôt que de sacrifier sa vie. Il s’est donc trahi lui-même, sans doute pour pouvoir achever son oeuvre.

Au moment où il travaille sur sa pièce, Brecht se trouve au Danemark. En même temps, il apprend la puissance considérable de l’atome. On pense alors encore que l’atome n’apportera que des bienfaits à l’humanité. Sauf que en 1945, c’est Hiroshima...Brecht écrit alors : "Du jour au lendemain, la biographie du fondateur de la physique moderne suit un autre sens. L’infernal effet de la bombe fut tel que le conflit entre Galilée et les pouvoirs de son temps fut placé dans une lumière neuve et plus crue".

Le texte initial modifié

Il apporte donc une correction à son texte initial. Il fait dire à Galilée : "Je tiens que le but unique de la Science consiste à rendre plus aisé le poids de la fatigue de la vie humaine". C’est une affirmation contestable. Si la Science, par ses innovations, peut parfois alléger les tourments des hommes, ce n’est pas son seul but. Pour Galilée, c’était plutôt de donner aux hommes une nouvelle lecture du fonctionnement de l’Univers. C’était une façon de découvrir la réalité de la cosmologie.

Mais comme Brecht était totalement traumatisé par la bombe de Hiroshima, il fait encore dire à Galilée : "La coupure entre les savants et l’humanité peut un jour devenir si profonde que votre cri de triomphe devant votre nouvelle conquête pourrait recevoir, pour réponse universelle, un cri d’épouvante ».

Là, Brecht va encore trop loin. Galilée n’avait pas fait une découverte qui pouvait nuire à l’humanité. C’était juste une remise en question qui touchait essentiellement les dogmes de l’Eglise. Il fallait que l'Eglise s’adapte, ce qu’elle n’a pas manqué de faire après un tel bouleversement. On pouvait désormais dire que Dieu avait crée l'Univers sans que la Terre en soit forcément le centre.

Brecht utilise Galilée pour défendre son point de vue pacifiste

Pour l’atome, c’est une toute autre histoire. Brecht oublie que tous les savants qui ont travaillé sur ces questions, à commencer par Pierre et Marie Curie, ont très vite compris que les matières radioactives pouvaient servir à soigner mais pouvaient aussi se révéler dangereuses à haute dose et provoquer brûlures, cancers et maladies diverses. A la génération suivante, quand il s’est agi de la fission de l’atome, toutes et tous, quelles que soient leurs nationalités, ont compris les potentialités effroyables que leurs découvertes entraîneraient. Ils ont eu des cas de conscience. Mais les pressions politiques et la course à l’atome étaient un tel enjeu qu’ils ont été fortement encouragés à continuer.

Bertolt Brecht avait utilisé Galilée pour défendre son point de vue pacifiste. Galilée ne méritait pas ce traitement. C’est un immense inventeur, sûr de la justesse de ses découvertes et qui a préféré abjurer pour les protéger et continuer à travailler dans une retraite discrète afin qu’un jour, peut-être, le monde entier puisse les connaître. L’avenir lui a donné raison.

 

Vous voulez écouter les autres épisodes de ce podcast ?

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

 

"Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio

Auteur et présentation : Jean des Cars 

Cheffe de projet  : Adèle Ponticelli

Réalisation : Guillaume Vasseau

Diffusion et édition : Clémence Olivier

Graphisme : Europe 1 Studio

Direction Europe 1 Studio : Claire Hazan

 

Les émissions précédentes