LE SAVIEZ-VOUS ? Elizabeth II n'a pas toujours été en froid avec son "oncle David", l'éphémère roi Edouard VIII

SAISON 2019 - 2020
  • A
  • A
5:26
© Europe 1 Studio
Partagez sur :

Les relations entre Elizabeth II et l'éphémère roi Edouard VIII n'ont pas toujours été glaciales. Enfant, l'actuelle reine d'Angleterre raffolait de son "oncle David". Découvrez cette histoire dans cet épisode bonus de "Au Cœur de l'Histoire".

En écoutant le récit consacré à l'abdication d'Edouard VIII, vous vous êtes peut être demandé ce qu'Elizabeth II, l'actuelle reine d'Angleterre, pensait réellement de celui qu'on appelait "oncle David", l’éphémère roi Edouard VIII, qui abdiqua par amour en 1936. Dans cet épisode bonus de "Au Cœur de l'Histoire", le spécialiste histoire Jean des Cars vous raconte leur relation complexe, entre tendresse et défiance. 

Lorsqu’elle était petite fille, Lilibeth (c’est ainsi que l’avait surnommée son grand-père George V), raffolait de son oncle David. Sa soeur Margaret aussi. Les deux jeunes princesses aimaient les visites imprévues de celui qui était alors prince de Galles. Il venait souvent chez son frère et sa belle-soeur, le duc et la duchesse d’York, aussi bien à Londres où ils étaient leurs voisins, qu’à Windsor. Oncle David arrivait alors de sa résidence de Fort Belvédère, au bout du parc de Windsor, jusqu’à celle des York Royal Lodge. Il prenait le thé en leur compagnie mais surtout il jouait avec les fillettes. Champion de gin rami et du jeu des Sept Familles, il se mettait au piano et tout le monde chantait avec lui.

L’été, en Ecosse, à Balmoral, il organisait des pique-niques et toutes sortes de jeux de plein air qui enchantaient ses nièces Lilibeth et Margaret. Un après-midi de 1935, il vint, comme souvent, prendre le thé à Royal Lodge, accompagné de son amie du moment dont le prénom était Wallis. Elizabeth et Margaret avaient remarqué la froideur de leur mère et depuis ce jour, les relations entre les deux frères, leur oncle et leur père, étaient devenues glaciales voire inexistantes. Devant elles, on ne parlait plus de lui à la maison.

L'abdication : un séisme pour Lilibeth

La mort de leur grand père George V en janvier 1936, à Sandringham où elles se trouvaient, les avait beaucoup peinées. George V avait été un père redoutable mais un grand-père gâteau. Il avait donné à Lilibeth son premier poney et son premier chien corgi. Elles assistèrent aux funérailles, les premières de leur vie de princesses, et on leur dit qu’oncle David allait régner, qu’il allait succéder à leur grand-père. Il devenait le roi Edouard VIII. Elles ne le voyaient pas davantage car Wallis détestait les York, se moquait des bégaiements du duc, de l’embonpoint de la duchesse qu’elle avait surnommé "Cookie".

Le 11 décembre 1936 est un séisme pour Lilibeth. Oncle David a abdiqué et papa est devenu roi. Elle a 10 ans et demi. Son sort scellé. Elle est désormais princesse héritière et sait qu’un jour elle devra succéder à son père, le roi George VI.

Oncle David est effacé de sa vie pour longtemps. Ses parents n’ont certainement pas informé leurs filles de l’attitude provocante du duc et de la duchesse de Windsor entre l’abdication d’Edouard VIII et la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Elles ne l’ont su qu’après la guerre. Elizabeth, l’héritière, devait connaître la vérité. Il est vraisemblable que son père George VI les a informées lors de leur voyage en Afrique du Sud du comportement d’oncle David et de Wallis.

La reine garde ses distances 

Elle ne reverra oncle David que le jour des obsèques de son père, en février 1952. Wallis n’est pas présente. Et la nouvelle reine est glaciale avec son oncle. Il faudra attendre le 7 juin 1967 pour qu’elle rencontre, à nouveau, le duc et la duchesse de Windsor. C’est une cérémonie officielle mais familiale, la pose d’une plaque sur le mur de sa résidence de Marlborough House en souvenir de la reine Mary, grand-mère d’Elizabeth et mère d’oncle David. La reine se comporte courtoisement à l’égard du couple mais ne l’invite pas au déjeuner familial qui suit. 

Cinq ans plus tard, apprenant que l’état d’oncle David est quasi désespéré, la reine profite d’un séjour à Paris pour venir à son chevet. Le 18 mai 1972, elle se rend à sa résidence du Bois de Boulogne, accompagné du prince Philip et de leur fils Charles. Elle aura un tête à tête avec oncle David dans sa chambre du 1er étage. Le duc de Windsor est mourant. Il a fait l’effort de s’habiller élégamment et de dissimuler ses appareils respiratoires. Nul ne sait ce qu’ils se sont dit mais on peut penser que le bon cœur d’Elizabeth II et son souci d’apaisement ont permis au duc de Windsor d’être réconforté. 

Il mourra onze jours plus tard. L’ex-roi aura des obsèques solennelles à Windsor, dans la chapelle Saint George et sera inhumé dans le carré royal de Frogmore, dans le parc de Windsor. Wallis, décédée le 24 avril 1986, le rejoindra après des années d’une vie semi-végétative. Quelle punition !

 

"Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio

Auteur et présentation : Jean des Cars 

Cheffe de projet  : Adèle Ponticelli

Réalisation : Guillaume Vasseau

Diffusion et édition : Clémence Olivier

Graphisme : Europe 1 Studio

Direction Europe 1 Studio : Claire Hazan

 

 

Vous voulez écouter les autres épisodes de ce podcast ?

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

 

 

Les émissions précédentes