LE SAVIEZ-VOUS ? C'est le préfet Haussmann qui permis d'éradiquer le choléra

SAISON 2019 - 2020
  • A
  • A
4:02
Partagez sur :

Quinze ans après l'épidémie de choléra qui frappa la France, un homme, le préfet Haussmann, a tout fait pour lutter contre l'insalubrité et la résurgence de nouvelles épidémies. Découvrez cette histoire dans cet épisode bonus de "Au cœur de l'histoire".

En écoutant le récit consacré à l'épidémie de choléra vous vous êtes peut être demandé ce qui avait été fait dans les années suivantes pour essayer d'éviter une nouvelle crise sanitaire. Dans cet épisode bonus de "Au cœur de l'histoire", le spécialiste histoire Jean des Cars vous raconte comment un homme, le préfet Haussmann, a voulu transformer Paris pour mettre fin à l'insalubrité. 

Le 28 juin 1853, Georges-Eugène Haussmann est nommé Préfet de la Seine par Napoléon III. Il sait que de son séjour à Londres, Louis-Napoléon Bonaparte a gardé le goût d’une ville bien tenue et des espaces verts. Il sait aussi que Paris est une ville insalubre. Depuis 1848, la capitale est dans un état lamentable. Quinze ans plus tôt, le choléra y avait fait des ravages à cause de l’eau circulant à ciel ouvert. Ensuite, il avait frappé particulièrement la Provence. 

Et de février à octobre 1848, la révolution a fait fuir les habitants. L’émeute y était permanente. Après les remous provoqués par le coup d’Etat et l’instauration du régime impérial, le Préfet, un homme énergique, sait que à Paris, son pire ennemi n’est pas un adversaire  politique. C’est le choléra.

En effet, il est une menace quasi permanente. Il y a quatre ans, en 1849, il a encore fait quatorze mille morts. La cause principale est toujours la même : l’eau. Souvent non potable, croupissante, elle est évacuée par un réseau pa​s assez souterrain et surtout délabré. Il n’y a pas de service municipal des eaux, il faut, de toute évidence, en créer un. Des gens, égarés dans le sous-sol, disent qu’on se croirait dans la Rome de Néron ! Réclamant d’urgence de nouveaux égouts, Haussmann rédige un rapport de 67 pages. Il explique que l’abonnement au service des Eaux serait financé par un tarif en proportion des loyers. Il espère grâce à cela que les classes peu fortunées accèderont plus facilement à l’hygiène. Autrement dit, si l’eau est saine et bien distribuée, elle encouragera la population à en faire usage. Et cette bonne habitude sera l’un des moyens de lutter contre le choléra.

Des gigantesques travaux

Les gigantesque travaux d’Haussmann  ont transformé Paris et en ont fait la "Ville Lumière" et une prestigieuse capitale. En rasant les taudis, en détruisant les quartiers privés d’hygiène en assainissant le réseau d’eaux, aussi bien potables qu’usées, le Préfet s’attaque à la cause du mal. Les canalisations, toutes souterraines, passent de 150 à 500 km. Un formidable dessin montre un gigantesque monstre, couvert de pustules et de têtes de mort. Il se plaint, lui aussi, d’être expulsé des marécages et cloaques où il prospérait. Sous le titre "Son Altesse le choléra fait aussi ses petites réclamations", le texte dit : "Les maisons où je me plaisais si bien, vous vous êtes plu à jeter tout par terre. Eh bien ! Et moi ! Où vais-je me loger maintenant ?".

Deux ans plus tard, lors de sa visite à l’Exposition Universelle de 1855, la reine Victoria dit à Haussmann : "Bravo M. le Préfet ! Votre ville sent bon !"

 

Vous voulez écouter les autres épisodes de ce podcast ?

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

 

 

"Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio

Auteur et présentation : Jean des Cars 

Cheffe de projet  : Adèle Ponticelli

Réalisation : Guillaume Vasseau

Diffusion et édition : Clémence Olivier

Graphisme : Europe 1 Studio

 

Les émissions précédentes