De Gaulle : dans l’ombre d’un géant (partie 2)

SAISON 2020 - 2021
  • A
  • A
13:52
Partagez sur :

Il y a cinquante ans, les Français et le monde apprenaient le décès du général de Gaulle, survenu le 9 novembre 1970 à 19h30, à La Boisserie, sa maison de Colombey-les-Deux-Eglises. Dans ce nouvel épisode du podcast Europe 1 Studio "Au cœur de l'Histoire", Jean des Cars vous révèle quelques secrets sur la personnalité et le caractère d’un homme d’Etat incontournable, mais qui défendait farouchement sa vie privée…

Le 9 novembre 2020 marquait le cinquantenaire de la mort du général de Gaulle. De l'équipe soudée qu'il formait avec sa femme Yvonne, à ses drames intimes, en passant par sa personnalité, parfois badine, dans ce nouvel épisode du podcast Europe 1 Studio "Au cœur de l'histoire", Jean des Cars vous propose de découvrir l'homme qui se cache derrière la mythe.  

Les trois femmes de la vie du général

Derrière le héros, le militaire et le chef d’Etat, il y a un homme, un fils, un mari et un père qui a toujours protégé sa vie intime et familiale. Avant son épouse Yvonne, une autre femme a eu une grande influence sur lui. Il s’agit de sa mère, Jeanne Maillot, morte un mois après l’appel du 18 juin. Après ce message historique diffusé depuis Londres, le nom de son fils était censuré par de nombreux journaux en France… Mais à ses obsèques, près de Rennes, l’église était pleine. On savait qui elle était : une patriote. Elle avait 79 ans et était veuve depuis sept ans. De ses propres parents, elle avait appris, à l’âge de 10 ans, l’humiliation d’une défaite et d’une capitulation, celle de 1870, dans le piège de Sedan…  

Devenue mère de cinq enfants, elle leur demande de prier chaque soir pour le retour de l'Alsace-Lorraine à la France. Chez cette femme de petite taille, d’apparence frêle mais d’un grand courage, le patriotisme et le catholicisme sont  indissociables. En 1918, ses quatre fils sortent vivants de l’effroyable cataclysme de la Première Guerre mondiale. Quelques heures après l’appel du 18 juin 1940, le curé de son village breton lui dit qu’il a entendu le message d’un général français, au micro de la radio anglaise. Il ignore qui est cet officier appelant à la Résistance. Elle répond : "Mais monsieur le curé, je le connais, ce général ! C’est mon fils !"

Yvonne, que beaucoup de Français surnommeront "tante Yvonne" lorsque son mari sera président de la République, est, quant à elle, l’archétype de la discrétion. Son mariage avec Charles de Gaulle est, dit-on, "arrangé" comme cela se fait encore, parfois, au XXe siècle. Gaston Bonheur, qui fut l’un des directeurs de Paris-Match, a relaté la scène de la rencontre, en 1920, entre l’officier de 1 mètre 93 et la jeune Yvonne Vendroux, 1 mètre 58, autour d’un thé : "Elle était avec ses parents. De Gaulle, tout embarrassé de sa haute taille, tenait sur ses genoux son képi, ses gants, sa badine et sa tasse. Ce qui devait arriver arriva : il renversa son thé sur la robe de la demoiselle."

Un mauvais début ? Au contraire ! A ses parents, Yvonne déclare : "Ce sera lui ou personne". Ils se marient cinq mois plus tard, le 6 avril 1921. Si le couple, aux yeux du monde, paraît physiquement déséquilibré, "ils s’étaient plu d’emblée  parce que, l’un comme l’autre, ils s’assumaient tels qu’ils étaient" écrit la journaliste Mariana Grépinet dans un hors-série récent et magnifique de Paris-Match, sous la rédaction en chef de Patrick Mahé. Et le grand reporter Georges Menant, en novembre 1970, après le décès du général, de rappeler, dans le même hebdomadaire, que ce couple : "Avant de devenir quoi que ce soit, les de Gaulle seraient toujours, elle dans la rondeur, lui dans sa raideur, des gens authentiques."

A son épouse, le général  avait écrit : "Ma chère petite femme chérie, et aussi mon amie, ma compagne si brave et si bonne à travers une vie qui est une tourmente. Bien appuyés sur l’autre physiquement et moralement, nous irons très loin sur la mer et dans la vie pour le meilleur et pour le pire."

Les de Gaulle s’assument, mais avec pudeur. On sait que leur drame privé fut leur troisième enfant, leur fille Anne, née en 1928. "Elle n’était pas comme les autres". Pour Anne, trisomique, écrit Denis Tillinac, dans son passionnant Dictionnaire Amoureux du Général "le général mobilisera sans les épuiser les ressources de sa tendresse". Yvonne parle de "la petite Anne", son père de "la pauvre petite Anne" pour qui il invente des refrains qui la font sourire. Et il la prend sur ses genoux, par exemple sur la plage de Bénodet, en Bretagne, en 1933. Anne a 5 ans. Elle écoute son père dans un pliant, costumé, qui a gardé son chapeau à bord relevé sur la plage. Il chante… Elle est face à lui. Elle a presque l’air gai. De cette scène touchante, on a conservé une photo qui résume le drame vécu avec une infinie bonté. 

A 20 ans, Anne, tant chérie, meurt dans les bras du général, emportée par une double pneumonie. Avant de s’éloigner de la tombe où le cercueil de sa fille vient d’être descendu, Charles de Gaulle pose sa main sur le bras de son épouse, figée de douleur et de chagrin. Et il a ce mot, magnifique : "Ne pleurez pas… Venez, Yvonne, maintenant elle est comme les autres…"

Le général et les femmes 

On a souvent taxé de Gaulle d’anti-féminisme. On a aussi insinué qu’il aurait eu des aventures avant son mariage, comme le maréchal Pétain, qui était, au début des années vingt, son mentor. Rien d’anormal à cela, mais aucune preuve n’a jamais été apportée. Plus tard, lorsque certains évoquèrent des coups de canif dans le contrat conjugal, Yvonne répondit, en plaisantant : "Il n’en aurait pas le temps !"

En France, les partis de gauche, pourtant favorables à l’émancipation féminine, s’opposent longtemps au droit de vote des femmes parce qu’ils craignent qu’elles n’apportent leurs suffrages qu’aux défenseurs de positions conservatrices. Et, de fait, ce fut souvent le cas jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, même si dès 1936, plusieurs femmes siègent dans le gouvernement du Front Populaire.

Il faut donc rappeler qu’en France, le 21 avril 1944, le général de Gaulle, chef de la France Libre, décide que les femmes françaises sont désormais électrices et éligibles. Il reconnaît ainsi le rôle essentiel qu’elles ont joué dans la Résistance. Les Françaises votent pour la première fois un an plus tard, le 29 avril 1945, aux élections municipales. Au milieu des années 1970, les femmes conquièrent la plénitude de leurs droits politiques dans presque tous les pays du monde. 

Les Françaises doivent à de Gaulle un autre droit qu’il ne faut pas oublier : la pilule. C’est Yvonne, déchirée entre tradition et modernité, qui pousse son mari à dire oui à la contraception. Le projet est alors porté par celui qui est ministre de la Santé en 1967 : Lucien Neuwirth. Pour un homme de la génération du général (il a 77 ans à ce moment là) et de son milieu familial et social, les questions de sexualité sont source de malaise. C’est simple : on n’en parle pas. Néanmoins, par devoir d'État, le président accepte ce que sa morale privée réprouve. On peut penser que c’est le sort de la petite Anne qui a changé l’opinion de ce couple de fervents catholiques… 

Il est vraisemblable que Mme de Gaulle, a priori éloignée de la génération des jeunes filles du twist et des yé-yé, se soit informée discrètement et ait été bouleversée en apprenant les drames des avortements clandestins. On dit que le général aurait été surpris que la pilule soit remboursée. Il aurait maugréé : "Alors, on va rembourser la bagatelle ?" Huit ans plus tard, Giscard et Chirac imposent la loi Veil, contre l’opinion d’une partie de leur électorat.

Si Charles de Gaulle n’était pas un homme à femmes, il appréciait néanmoins autant les formes que les uniformes. Quand Brigitte Bardot, grande admiratrice du général, se rend à l’ Elysée le 5 décembre 1967, les cheveux détachés et tenue de hussard, avec pantalon large et veste à brandebourgs, il tombe sous son charme. Ravi, il lui glisse un bon mot : "Quelle chance, Madame ! Vous êtes en militaire et je suis en civil."

De Jackie Kennedy à Grace de Monaco, toutes les femmes reçues à l’Elysée lors des visites officielles sont sous le charme du général, séducteur malgré lui. Il y a en lui une courtoisie à l’ancienne qui lui permet des traits d’humour qui ne tombent jamais dans la vulgarité. Un exemple que m’a raconté l’historienne Claude Dulong, épouse du résistant, héros de l’Indochine Française et ministre des Anciens Combattants Jean Sainteny. Invitée à l’Elysée en début de semaine à la réception d’un chef d’Etat africain, elle y revient en fin de semaine pour le gala en l’honneur du roi et de la reine des Belges, Baudouin et Fabiola. Un peu gênée, elle avoue : "Monsieur le Président, vous m’avez déjà vue dans cette robe…" De Gaulle la met à l’aise : "Et bien, Madame, cela prouve qu’elle est à vous !"

Le général était un homme du monde. Le 8 juin 1960, en habit d’apparat, après un spectacle au théâtre de Chaillot, il partage une coupe de champagne en bonne compagnie : il est entouré de Marlene Dietrich, Danielle Darrieux, Maria Schell et Sylva Koscina ! En juin 1961, il se fait chevalier servant de Jackie Kennedy qui, dit-il "connaît mieux l’histoire de France que les Français". Autre exemple, le 21 octobre 1963, au dîner de gala en l'honneur du Shah d’Iran, le général, très en verve, plaisante longuement avec sa voisine l’impératrice Farah qui lui dit combien elle est heureuse de parler français, en souvenir de ses études à Paris.

L’ennemi des "forces de l’argent"

L’un des traits de caractère du général était  sa probité. Il n’a jamais profité financièrement de sa gloire ou du pouvoir. Lorsqu’il quitte le gouvernement en janvier 1946 à l’âge de 56 ans pour entamer sa "traversée du désert", il fait savoir discrètement qu’il renonce à sa retraite d’officier. Il réprouve le régime qui l’a déçu. Il ne veut rien lui devoir. La Boisserie exigeant des travaux après l’occupation et les dégradations causées par les Allemands, il loue un pavillon à Marly dont le loyer est acquitté par les Domaines, c’est à dire par l’État. Il remboursera la somme au centime près. A Londres, l'Angleterre lui prête de l’argent. Il rembourse tout et vit de sa solde. 

Le succès de librairie des Mémoires n’a, lui non plus, rien changé à la trésorerie du ménage : tous les droits d’auteur sont versés à la Fondation Anne de Gaulle, créée et installée dans les Yvelines après le décès de la jeune fille. C’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. Si, à Matignon puis à l’Elysée, le général exige que le gouvernement ou l'Etat tienne son rang, c’est sans avarice ni extravagance. Et lorsqu’il reçoit à déjeuner sa famille ou sa belle-famille, c’est à ses frais, calculé d’une façon très précise. De Gaulle se méfie de l’argent, il en a vu les ravages en des mains malhonnêtes… 

Cette distance et cette élégance ne le quittèrent jamais. En 1969, ayant décidé de visiter l’Espagne, il s’aperçoit que dans les hôtels où il descend avec son épouse et son aide de camp, tout est déjà payé, sans doute sur ordre de Franco. Alors, à chaque séjour, il calcule le prix de la nuitée, des repas et donne la somme correspondante au personnel, en guise de pourboire.

 

 

Ressources bibliographiques : 

Denis Tillinac, Dictionnaire Amoureux du Général (Plon, 2020)

Patrice Gueniffey et Lorraine de Meaux (direction), Les couples illustres de l’histoire de France (Perrin,2017)

De Gaulle et Nous, Hors série de Paris-Match, rédaction en chef Patrick Mahé, septembre-octobre 2020

François Kersaudy, de Gaulle Churchill : la mésentente cordiale (Perrin, 2001)

 

Vous voulez écouter les autres épisodes de ce podcast ?

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple Podcasts, SoundCloud, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

 

 

"Au cœur de l'histoire" est un podcast Europe 1 Studio

Auteur et présentation : Jean des Cars
Production, diffusion et édition : Timothée Magot
Réalisation : Jean-François Bussière
Graphisme : Karelle Villais

Les émissions précédentes