Roissy : un premier test de navette autonome sur route ouverte

  • A
  • A
ADP, Navya et Keolis testent une navette autonome à Roissy.
ADP, Navya et Keolis testent une navette autonome à Roissy. © Aurélien Fleurot / Europe 1
Partagez sur :
Paris Aéroports a lancé mardi une expérimentation de navettes autonomes. Pour la première fois, elles croiseront une route aussi passante qu'un grand boulevard.

Avant l'arrivée des voitures autonomes, les navettes autonomes prennent déjà la route... Le groupe aéroports de Paris (ADP) a lancé mercredi une expérimentation inédite à Roissy. Pour la première fois en France, le trajet des deux navettes croise celui d'une route ouverte à la circulation, y compris aux heures de pointe. Le reste du temps il est possible de "commander" les navettes et de les faire venir depuis une application. Europe 1 est allé les tester.

Un croisement avec une route ouverte

Sur les 700 mètres qui séparent la gare RER de Roissy et le siège d'ADP, les deux navettes croisent un passage piéton, mais surtout un carrefour avec une rue dont le trafic est équivalent à celui d'un grand boulevard parisien. "C'est la navette qui commande donc il a fallu inventer un système de dialogue entre la navette et le feu tricolore de telle sorte que la navette puisse traverser en toute sécurité au cas où un automobiliste distrait grillerait le feu", explique Edward Arkwright, directeur général exécutif d'ADP.

Quinze personnes peuvent monter dans chaque navette. A l'intérieur, deux boutons d'urgence permettent de la stopper en cas de problème. Malgré tout, la réglementation oblige encore un opérateur à être présent. "Avec la manette de Xbox je lance uniquement le départ, ensuite la navette part toute seule", indique Karim qui est surtout là pour rassurer et répondre aux questions.

xbox-1280

Donner confiance aux passagers

A Roissy, les deux navettes électriques roulent à une dizaine de km/h et les passagers peuvent encore ressentir quelques à-coups. Mais pour Navya, qui développe cette navette avec Keolis, l'objectif est avant tout de convaincre les usagers. "Cet aspect d'acceptation du grand public est très important, il faut que les gens se sentent en sécurité à bord, l'utilisent, que ça soit attractif et qu'on ait envie de repartir", précise Christophe Sapet, président de Navya.

Dans les mois et les années à venir, ces navettes vont continuer de se développer partout dans les aéroports. Elles pourraient notamment réaliser des trajets entre deux terminaux ou même transporter des bagages sur les pistes.