Pourquoi la France arrive si loin dans le classement des pays les plus agréables pour passer sa retraite

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'indice global 2019 des retraites, publié par Natixis, place la France en milieu de classement, en dépit de très bons scores sur les questions de santé et de qualité de vie.
ON DÉCRYPTE

Alors que la réforme des retraites a déjà déclenché plusieurs mouvements de grèves depuis la rentrée, la banque Natixis vient de publier son indice global 2019 des retraites, c’est-à-dire une grande étude internationale sur la qualité de vie des retraités, pays par pays. Or, la France arrive loin, très loin du peloton de tête, à la 22e place sur 44.

Natixis a comparé 44 pays dans le monde, à partir de quatre grands critères généraux : le bien-être matériel, la santé (espérance de vie, système de soin), les finances (impôts, niveau des retraites) et enfin, la qualité de vie (environnement, pollution...). Ces différents critères placent sur la première marche du podium… l’Islande, avec un score de 83%, devant la Suisse et la Norvège. À l’inverse, la France fait figure d’élève moyen : elle se classe à la 22e position, derrière la Belgique et avant le Japon, avec un indice retraite global de 70%.

<iframe frameborder="0" width="600" height="300" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x7llzss" allowfullscreen allow="autoplay"></iframe>

La France, championne de la qualité de vie et de la santé

Comment expliquer cette place de "milieu de tableau", alors que l’on vante souvent l’art de vivre à la française ? Sur ce critère, à y regarder de plus près, le pays du vin et du fromage affiche d’ailleurs un très beau score : 81% dans la catégorie qualité de vie. Mieux noté encore : les critères de santé. Avec un score de 89%, la France est quatrième dans cette catégorie.

En revanche, il y a tout un chapitre qui nous plombe : celui de la finance, avec plusieurs points négatifs. D'abord la France est un pays endetté, mais aussi un pays dont le système de retraite apparaît comme fragile du fait de sa démographie. Et surtout, la France est un pays où la pression fiscale est déjà maximale. Nous sommes avant dernier sur ce critère avec un score de… 1%. En conséquence, la tentation apparaît comme toujours forte d'aller se servir en piochant dans la poche des retraités, qui ont mis de côté. On l'a vu en 2018 avec la hausse polémique de la CSG.

Donc, si la France est un pays où il fait bon vivre, ses finances fragiles doivent inquiéter les futurs retraités. À la lecture de cette étude, remettre de l'ordre dans les finances publiques apparaît d’ailleurs comme plus important que de créer un nouveau système de retraite par point.

Europe 1
Par Axel de Tarlé, édité par Romain David