Montant de la facture des gilets jaunes : "On constate des détresses personnelles, des défaillances d'entreprises"

  • A
  • A
Selon le rapport parlementaire, les commerçants ont été les plus durement touchés par l'impact des manifestations des "gilets jaunes". 3:13
Selon le rapport parlementaire, les commerçants ont été les plus durement touchés par l'impact des manifestations des "gilets jaunes". © BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :
Mercredi, sur Europe 1, Damien Abad, député de la 5ème circonscription de l’Ain, président de la 'Mission impact gilet jaune' a expliqué quel impact le mouvement des "gilets jaunes" avait eu sur l'économie française.
INTERVIEW

Le mouvement des "gilets jaunes" a eu un impact global relativement "modéré" sur l'économie française mais a entraîné des coûts "considérables" voire "ineffaçables" pour certaines entreprises ou certains secteurs d'activité, selon un rapport parlementaire publié mardi. "Quand on regarde les choses d'un point de vue macroéconomique on se rend compte que l'impact n'est pas désastreux même s'il est important", confirme Damien Abad, député de la 5ème circonscription de l’Ain, président de la 'Mission impact gilet jaune' invité mercredi au micro de François Clauss sur Europe 1. Le coût macroéconomique global est ainsi estimé à 0,1 point de PIB au dernier trimestre de l'année 2018, ce qui est relativement faible par rapport à la richesse nationale.

"Mais quand on regarde les choses d'un point de vue micro économique, on constate des détresses personnelles, des défaillances d'entreprises, des commerçants qui doivent mettre la clé sous la porte. Derrière les statistiques, il y a une réalité beaucoup plus sombre", souligne-t-il.

"La consommation s'est déplacée du centre-ville vers la périphérie"

Selon le rapport parlementaire, les commerçants ont été les plus durement touchés par l'impact des manifestations. "On a eu l'occasion de faire un certain nombre de déplacements dans les grandes villes. On a constaté que la consommation s'est déplacée du centre-ville vers la périphérie, les consommateurs se sont adaptés au contexte local et il y a eu une déperdition pour le commerce de centre-ville, le commerce de proximité", pointe Damien Abad. "C'est pour cela qu'il est important de prévoir un plan de redynamisation du centre ville".

"On n'accuse pas les 'gilets jaunes' en tant que tel"

Les collectivités, le tourisme ont également souffert des violences survenues en marge des manifestations. "On a constaté au 1er trimestre une baisse de la fréquentation touristique de l'ordre de 2,5 % au niveau national et près de 5 % pour la clientèle étrangère", ajoute le député. "On a aussi remarqué une perdition dans les théâtres, les musées et un effet beaucoup plus marqués dans les centres-villes à Paris et dans les grandes villes de province. C'est aussi l'image de la France qui en pâti", déplore le parlementaire.

Il ajoute toutefois ne pas porter de jugement sur le mouvement des 'gilets jaunes' en tant que tel. "Ce n'est pas une mission pro ou anti-gilets. On analyse les conséquences économiques en marge des "gilets jaunes". On n'accuse pas les "gilets jaunes" en tant que tel mais force est de constater qu'il y a cette réalité économique de perte et de coûts notamment pour les commerçants et pour les artisans. "

Europe 1
Par Clémence Olivier