Michel-Edouard Leclerc : "On a besoin que les élites valorisent les traditions"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Sur Europe 1, le patron du groupe Leclerc est revenu sur la difficulté de trouver de l'emploi en France. 

Peut-on trouver un emploi chez Leclerc en traversant la rue ? "Non, c'était une formule probablement maladroite", reconnaît Michel-Edouard Leclerc, fondateur de la chaîne de magasins éponyme, interrogé samedi sur Europe 1 au sujet de la phrase prononcée par Emmanuel Macron le week-end dernier.

"Il y a des tas de métiers, il faut y aller ! Honnêtement, hôtels, cafés, restaurants, je traverse la rue, je vous en trouve. Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler, avec les contraintes du métier", avait déclaré le chef de l'Etat lors des Journées européennes du patrimoine, interpellé par un jeune demandeur d'emploi.

"On a besoin de bras, de cerveaux". Mais s'il reconnaît la maladresse de la formule, Michel-Edouard Leclerc assure qu'il y a tout de même une part de vrai dans les propos d'Emmanuel Macron. "Il y a énormément de postes à pourvoir pour lesquels on ne voit pas se précipiter les chômeurs et les jeunes, dans la restauration, l'alimentation", soutient-il. Et de développer : "Il y a de la place. Aujourd'hui, les grandes enseignes sont obligés d'ouvrir leurs propres écoles. On a besoin de bras, de cerveaux. Et on a aussi besoin que les élites cessent de parler des strart-up et des banques, et qu'ils valorisent la tradition".