L'avenir de l'automobile passe-t-il par le partage ?

, modifié à
  • A
  • A
4:42
© ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :
"Nous utilisons nos voitures 15% du temps", affirme Jean-Claude Puerto-Salavert sur Europe 1. C'est en partant de ce constat qu'il a décidé de créer Ucar, qui permet aux particuliers de partager leur voiture.
INTERVIEW

"J'ai créé Ucar avec la conviction que la propriété automobile allait disparaître." Comme il l'explique au micro de Raphaëlle Duchemin sur Europe 1, Jean-Claude Puerto-Salavert avait senti "une sorte de détachement de l'individu avec la voiture". Il a donc créé une société qui permet aux particuliers de partager leur véhicule avec d'autres.

"Nous utilisons nos voitures 15% du temps." Son idée par d'un constat : "Il y a un gisement aujourd'hui inexploité, de voitures dont on ne fait rien. Nous utilisons nos véhicules 15% du temps. Et les 85% restants, si on arrivait à en faire quelque chose ? Si on arrivait à les valoriser ?" D'après lui, la réponse à cette dernière question est "l'économie du partage".

Le partage, un revenu complémentaire pour les particuliers. "Si demain, les particuliers se mettaient à louer leur voiture, c’est un revenu complémentaire de 30 milliards d’euros", assure-t-il. C'est donc là que se trouve l'intérêt pour les particuliers : faire de leur voiture une source de revenus lorsqu'ils ne l'utilisent pas. Pour une location de son véhicule de "sept jours, consécutifs ou non, dans le mois", Ucar "vous rembourse la moitié de votre voiture", explique Jean-Claude Puerto-Salavert. "Si votre voiture vous coûte 400 euros par mois, pour sept jours on va vous en rembourser 200."

 

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

"Le plafond de verre du partage" n'a pas été atteint dans l'automobile. En proposant un tel service, Jean-Claude Puerto-Salavert espère faire changer les mentalités : "Dans l’immobilier, le plafond de verre du partage a été fracassé. Pas dans la voiture. Personne ne peut dire que le partage est une vraie option pour le particulier." Et pour que "le partage se généralise, il faut organiser des réseaux". 

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau