Forte hausse des perspectives d'embauche en 2018

, modifié à
  • A
  • A
L'an passé, 80% des entreprises qui disaient vouloir embaucher l'ont fait réellement.
L'an passé, 80% des entreprises qui disaient vouloir embaucher l'ont fait réellement. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Le nombre d'embauches potentielles pour l'année 2018 a augmenté de 18,7%, selon une enquête publiée par Pôle emploi mardi.

Les perspectives d'embauche sont en forte augmentation (+18,7%) pour l'année 2018 selon l'enquête annuelle "besoins en main d'oeuvre" de Pôle emploi publiée mardi, notamment dans le secteur de la construction et de l'industrie.

370.000 projets de recrutement supplémentaires. Cette hausse de 18,7%, après 8,2% en 2017 - déjà une année record - représente 370.000 projets de recrutement supplémentaires, soit 2,35 millions d'embauches potentielles au total. "Cela est porté par des projets non saisonniers et de recrutements durables, CDI ou CDD de plus de six mois", a expliqué le directeur général de Pôle Emploi, Jean Bassères, en présentant l'étude. 63,9% des projets envisagés sont des recrutements durables contre 57,5% en 2017. En 2018, les taux de progression sont importants aussi pour les grandes entreprises.

"Un vrai décollage" pour l'industrie. Parmi les secteurs, pour la construction, "il y a une amplification" par rapport à l'année dernière et "pour l'industrie, il s'agit d'un vrai décollage", a souligné Jean Bassères, avec "des embauches en CDI". "Il s'agit d'une anticipation d'une reprise de l'activité dans les secteur industriels", a-t-il dit.

Les petites entreprises ont le plus de difficultés à recruter. Près d'une entreprise sur deux anticipe des difficultés de recrutement (44,4%), notamment dans l'industrie et la construction. "Le point le plus haut était 2008" pour les difficultés de recrutement, a souligné Jean Bassères. Comme toujours, ce sont les plus petites entreprises qui ont le plus de difficultés à recruter. Mais Jean Bassères a relativisé, estimant qu'il ne fallait "pas avoir un discours trop défaitiste sur les difficultés de recrutement", car malgré tout, "la majorité des projets de recrutement donne lieu à recrutement". Il a ainsi rappelé que la moitié des offres déposées auprès de l'opérateur public étaient pourvues en "moins de 38 jours".

Parmi les métiers où les difficultés de recrutement sont les plus élevées figurent couvreurs, chaudronniers, serruriers, carrossiers mais aussi aides à domicile ou encore mécaniciens de véhicules. 

Cette enquête annuelle, réalisée en collaboration avec le Credoc, a porté sur 436.600 établissements. La première avait été réalisée en 2002. Le seuil de signification de l'enquête est "assez satisfaisant", a expliqué Jean Bassères : 80% des entreprises qui disaient, l'année précédente, vouloir embaucher, l'ont fait réellement.