Électricité verte : Greenpeace dénonce les offres de certains fournisseurs qui "flouent le consommateur"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
D'après un classement de Greenpeace publié ce jeudi, la majorité des fournisseurs d'énergie qui proposent une électricité verte, investissent en réalité dans des énergies fossiles polluantes. 

Comme 1,5 million de Français, vous avez la fibre écolo et vous avez souscrit à une offre d'électricité verte plus respectueuse de l'environnement ? Alors il est possible qu'en réalité, votre argent serve à investir dans les énergies fossiles. C'est ce que révèle l'ONG Greenpeace dans un rapport qui classe les offres vertes. 

Une offre verte ne garantit pas une électricité...verte

Car la première chose à savoir lorsqu'on souscrit à une "offre verte", c'est que cela ne garantit en rien d'avoir une "électricité verte" dans ses prises murales, mais simplement que votre fournisseur s'engage à verser une sorte de prime aux producteurs d'énergies renouvelables non-polluantes. Si cette réalité peut déjà en faire déchanter quelques-uns, ce n'est rien à côté de ce que dénonce Greenpeace dans son rapport publié ce jeudi. 

"Ils [les fournisseurs d'énergie verte, ndlr] flouent le consommateur qui pense choisir un consommateur vert alors qu'en réalité il met son argent dans le nucléaire, le charbon, le gaz, ou le pétrole", explique au micro d'Europe 1 Alix Mazounie, de Greenpeace France. Et de préciser : "Il y a notamment Eni, un groupe italien, Total, Direct Energie, et EDF". EDF qui "continue d'investir dans le nucléaire cinq fois plus que dans les énergies renouvelables", rappelle-t-elle. Un classement qui se rapproche sensiblement de celui dressé l'an dernier par l'ONG. Sur 27 fournisseurs d'électricité en France, seul cinq proposent une offre 100% verte. 

Alors quels sont les fournisseurs d'électricité qui sont vraiment verts ? En tête du classement dressé par l'ONG on trouve Enercoop, Planète Oui, et Urban Solar energy. Trois petits fournisseurs peu connus du grand public.  

Europe 1
Par Maud Descamps, édité par Ugo Pascolo