"Bureau-tapis", "cocon à micro-siestes"... Des solutions pour améliorer le bien-être au travail

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invités de Raphaëlle Duchemin dans "La France bouge", sur Europe 1, Marie Schneegans, co-fondatrice de Workwell, Marc Thouvenin, l'inventeur du "bureau-tapis" à la française et Camille Desclée, co-fondatrice de Nap&Up, livrent leurs trouvailles pour rendre la vie au bureau plus agréable.
LA FRANCE BOUGE

Le mal-être au travail a un coût. Il a été estimé à 12.600 euros par salarié sur une année dans le secteur privé, selon une étude du cabinet Mozart Consulting publiée en 2017. De quoi motiver de nombreuses entreprises à mener des actions de prévention pour limiter ce manque à gagner, c'est-à-dire favoriser le bien-être pour améliorer la productivité des employés.

Invités de Raphaëlle Duchemin dans La France Bouge sur Europe 1, les fondateurs de trois start-up ont imaginé des solutions pour faire du bureau un espace agréable à vivre. Petit tour d'horizon :

 

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

Une application pour favoriser la convivialité entre collègues.Workwell est une application qui permet aux salariés d'avoir accès à l'ensemble des services proposés par leur entreprise. La plateforme, qui s'inspire de la très populaire messagerie chinoise WeChat, propose également son propre service de messagerie instantanée, une manière d'inciter les utilisateurs à prévoir des activités en groupe.

À seulement 25 ans, Marie Schneegans, la co-fondatrice de Workwell, a imaginé cette application après un stage à San Francisco. "On a commencé à créer une solution pour que les gens mangent ensemble et ensuite, via le retour des clients, des gens nous ont demandé de faire plus que déjeuner ensemble : accéder au menu du restaurant d'entreprise, accéder aux cours de sport, etc", raconte-t-elle. Désormais, sa start-up, également implantée aux Etats-Unis et en Australie, travaille avec une cinquantaine de grands groupes, soit quelque 100.000 personnes qui utilisent Workwell.

Un "bureau-tapis" pour en finir avec les maux de la sédentarité. Rester des heures assis devant son écran peut parfois tourner au calvaire : problèmes de posture, mal de dos... sans compter les problèmes cardio-vasculaires liés au manque d'activité. Pour en venir à bout, Marc Thouvenin, fondateur d'ActivUP, a imaginé un bureau-tapis sur le modèle des "walking desk" américain : une table de travail très haute, flanquée d'un tapis de course, qui permet au salarié de vaquer à ses occupations tout en marchant.

Cet ancien consultant, qui bossait en télétravail, a lui-même fabriqué le premier prototype, ne pouvant plus souffrir la position assise. "J'étais devenu un peu gros, pas très en forme avec des maux de dos", explique-t-il. "À l'époque, il était impossible de trouver ce type d'équipement en France et même en Europe. Je m'en suis bricolé un : j'ai acheté un tapis, j'ai retiré les arceaux et j'ai installé un bureau debout. Et puis j'ai commencé à l'utiliser. Le premier mois : j'ai fait 500 kilomètres en travaillant sur mon tapis roulant", poursuit Marc Thouvenin. "J'ai eu tout de suite plein de bénéfices en cascade : un meilleur sommeil, une perte de poids et puis une énergie incroyable." Le sport augmenterait d'ailleurs la productivité de 6%, soit l'équivalent de trois semaines de travail.

Après avoir posté la photographie de l'appareil sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont sollicité Marc Thouvenin pour en acquérir un. Ce succès l'a vite convaincu de se lancer dans la fabrication en série. Les modèles se vendent de 1.500 à 4.000 euros, mais ActivUP propose également un service de location aux entreprises qui veulent expérimenter le dispositif.

Une  "bulle" isolante pour s'autoriser une sieste au bureau. Une sieste de 10 à 20 minutes permettrait d'augmenter son efficacité au travail de 35%, selon une étude de la Nasa. Mais pour beaucoup, dormir au bureau est une idée difficilement concevable. Pour faire reculer le tabou de la sieste au travail, la start-up Nap&Up a imaginé un espace amovible, idéal pour se laisser aller à un (petit) sommeil réparateur. "On propose un produit qui est une sorte de cocon à micro-siestes, une bulle de déconnexion", décrit, au micro d'Europe 1, Camille Desclée, co-fondatrice de Nap&Up.

"L'idée est de proposer un sas de décompression aux salariés sur leur journée de travail, pour qu'ils puissent recharger leur batterie", poursuit-elle. "En entreprise, on est de plus en plus dans des espaces de travail très ouverts, des open-space, où il est difficile de se retrouver seul. Il y a aussi une dimension culturelle : il est parfois compliqué de parler de sommeil ou de déconnexion sur son lieu de travail. C'est pour ça que l'on propose un accompagnement et une sensibilisation à la micro-sieste pour pouvoir l'intégrer dans les mœurs de l'entreprise.", poursuit la jeune entrepreneuse.

La bulle Nap&Up  se présente sous la forme d'une coque, dépliable en quelques minutes, pour permettre à l'utilisateur de s'isoler complètement. Elle est munie d'un fauteuil de relaxation semi-allongé et d'un casque audio "qui aide à lâcher prise et réveille au bout de 15 minutes", précise Camille Desclée. De quoi repartir bon pied bon œil.