Bénéfices en hausse, impôts en baisse, écologie… Attac étrille les entreprises du CAC 40

  • A
  • A
© ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Selon un rapport d’Attac, les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en 7 ans, alors que dans le même temps leurs bénéfices augmentaient de près de 9,3 %. Sur la même période, les dividendes ont bondi de 44%.

C’est un rapport au vitriol que publie Attac dimanche, à la veille du forum économique mondial de Davos. L’association altermondialiste épingle les entreprises du CAC 40 sur leur bilan sur la période 2010-2017 en termes de pollution, d’emplois supprimés et surtout d’impôts.

"Le tissu industriel français tout entier est la première victime de la logique de financiarisation du CAC 40", qui regroupe les quarante plus importantes sociétés françaises cotées en Bourse, dénonce ainsi Attac.

- 6,4% d’impôts en sept ans. Le constat de départ, c’est que durant ces sept années, les entreprises du CAC 40 ont vu leurs bénéfices augmenter de 9,3%. Or, dans le même temps, ils ont payé de moins en moins d’impôts. En 2017, ils ont déclaré ainsi avoir payé un peu plus de 30 milliards d’euros d’impôts, soit 6,4% de moins qu’en 2010. Selon Attac, ces sociétés usent d’évitement fiscal, notamment en domiciliant 15% de leurs filiales - soit environ 2.500 sociétés -, dans des paradis fiscaux, rapporte le JDD.

Baisse des effectifs et inégalités hommes-femmes. Autre fait mis en avant par Attac : la baisse des effectifs des entreprises concernées. En sept ans, en France, ils ont baissé de 20%. En outre, le salaire versé aux employés a en moyenne augmenté de 22% sur la période 2010-2017, pendant que celui des patrons augmentaient de 32%. Pour un revenu moyen de 4,68 millions d’euros par an pour le patron d’une entreprise du CAC 40.

Enfin, Attac pointe du doigt l’inégalité homme-femmes. Selon l’association, le salaire d’une femme est inférieur de 18,7% à celui d’un homme, à fonction identique. Cette inégalité se retrouve dans les organes de direction, relève Le Parisien, puisque 13 d’entre eux ne comportent aucune femme. Et que parmi les 57 PDG, directeurs généraux ou présidents de conseil d’administration, ne figurent que deux femmes.

"Hypocrisie" sur l’écologie. Des bénéfices en hausse, des impôts et des effectifs en baisse donc, et surtout des dividendes qui explosent. En sept ans, ils ont augmenté de 44%. En 2018, les entreprises du CAC 40 ont ainsi versé un total record de 57,4 milliards d’euros. Soit 60% de leurs profits. Selon Attac, cette stratégie se fait au détriment des investissements, des emplois, des salaires, mais aussi de l’écologie.

Car ce n’est pas le moindre reproche adressé à l’association aux entreprises du CAC 40. Attac dénonce une "hypocrisie" sur le sujet, en s’appuyant sur une note interne de BusinesEurope - l’équivalent européen du Medef - qui aurait dû rester confidentielle. Il y est écrit qu’en matière d’écologie, il convient de "rester plutôt positif tant qu’on en reste au niveau des déclarations politiques, sans implications législatives". Il faut "s’opposer à toute ambition accrue, en utilisant l’argument habituel de la distorsion de compétitivité face à nos concurrents", préconise le document. Attac relève en tout cas qu’en 2017, 22 entreprises du CAC 40 ont vu leurs émissions de gaz à effet de serre augmenter.