Un violon, "c'est comme un être vivant" : On vous emmène dans l'atelier du luthier de Renaud Capuçon

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
À l'occasion de la Fête de la Musique, Martin Feneau s'est rendu chez le luthier parisien chargé d'entretenir le précieux violon de Renaud Capuçon, un instrument du 18ème siècle.
REPORTAGE

En ce jour de Fête de la Musique, notre journaliste Martin Feneau se trouve dans l'atelier du luthier parisien qui assure l'entretien de l'un des plus rares instruments du monde : un violon Guarneri del Gesù de 1737. Ce chef d'oeuvre, qui appartient au violoniste français Renaud Capuçon, demande une attention toute particulière. On vous y emmène !

Un instrument, "c'est comme un être vivant", assure Renaud Capuçon

Comment entretient-on un tel instrument ? Avec l'attention que l'on peut porter à un membre de sa famille, ni plis ni moins. L'instrument est en bois, un matériau qui vit et se déforme avec le temps, ou selon la météo. Autant de changements que Renaud Capuçon ressent rien qu'en posant le violon sur son épaule. "C'est comme un être vivant", décrit-il au micro d'Europe 1.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Quand je sens un instrument et que je le mets sous mon menton et que je commence à jouer, je sais instantanément si le violon a besoin de 'boire', d'avoir un peu d'humidité autour de lui. Dans ce cas, je mets en marche un humidificateur [d'air]. C'est comme un pur sang. Un cavalier monte sur le cheval et l'animal va sentir ce qu'il se passe. C'est assez mystérieux."

"On ne fait que passer dans la vie de cet instrument-là", reconnaît le luthier

Pour que l'entretien n'abîme pas ce précieux instrument, on fait des réglages très fins. Certaines pièces sont parfois changées, comme le chevalet, mais il faut en faire le minimum. "Il a vécu toute une vie depuis le 18ème siècle", explique le luthier Pierre Barthel. "Et il continuera après nous. On ne fait que passer, on n'est qu'intervenant pour quelques années dans la vie de cet instrument-là. On essaye de changer le moins possible l'instrument."

En plus de la valeur musicale -et familiale - de cet instrument, celui-ci a un coût très élevé : plusieurs millions d'euros...