"Tiger King" : le zoo de la série phénomène Netflix ferme ses portes

  • A
  • A
Une paire des 39 tigres sauvés en 2017 du parc d'animaux exotiques G.W. de Joe Exotic se détend au Wild Animal Sanctuary le 5 avril 2020 à Keenesburg, dans le Colorado, aux Etats-Unis. 1:21
Une paire des 39 tigres sauvés en 2017 du parc d'animaux exotiques G.W. de Joe Exotic se détend au Wild Animal Sanctuary le 5 avril 2020 à Keenesburg, dans le Colorado, aux Etats-Unis. © MARC PISCOTTY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Partagez sur :
La série "Tiger King" de Netflix est devenue un phénomène mondial mais le zoo de Joe Exotic n’aura pas survécu au succès. Sous la pression des associations de défense des animaux, le zoo va fermer ses portes. Son propriétaire est pourtant bien décidé à le transformer en studio de tournage.

Tiger King, ou Au royaume des fauvesen version française, est devenue la série phénomène du confinement sur Netflix. Des millions de personnes à travers le monde ont regardé cette série documentaire consacrée à Joe Exotic, un propriétaire farfelu, adepte de la coupe mulet, des flingues et des félins en tous genres. Il était propriétaire d’un zoo, Joe Exotic, aux États-Unis. Et surtout il s’est retrouvé au cœur d’un faits-divers ultra-sordide. Une histoire incroyable.

Le zoo va devenir... un studio de tournage

Aujourd’hui, le zoo de Joe Exotic est entre les mains d’un certain Jeff Lowe. Dans le documentaire, l’homme est adepte du bandana-casquette et adore les vestes en cuir. Jeff Lowe vient d’annoncer que le zoo n’avait pas survécu aux différentes pressions exercées par les associations de défense des animaux suite à la médiatisation de cette histoire.

Il a donc décidé de transformer son zoo en studio de tournage. Il veut accueillir des émissions ou des projets qui seraient en lien avec l’histoire de Tiger King. Business is  aux Etats-Unis. Quand on a un filon, on le creuse. Mais Joe Exotic doit encore purger sa peine. Il a été condamné à 22 ans de prison.

Europe 1
Par Damien Cabrespines, édité par Céline Brégand