Si vous avez aimé "Big Little Lies", SERIELAND vous conseille "Sharp Objects"

  • A
  • A
Partagez sur :
SERIELAND RECO / CONSEIL - Enquête, communauté, engueulades… La série américaine "Sharp Objects", diffusée sur la plateforme OCS, emprunte beaucoup des codes de "Big Little Lies". Mais elle peut aussi être comparée à la première saison de True Detective.
PODCAST

Cette semaine, l’algorithme de SERIELAND, Clément Lesaffre, vous conseille Sharp Objects. La série américaine produite par HBO et à voir sur OCS, est très différent de Big Little Lies mais les deux séries ont beaucoup de points communs sur la forme, notamment parce que le réalisateur est le même : c’est le Canadien Jean-Marc Vallée. 

"Commençons par l’histoire. On y suit Camille Preaker, une journaliste à Saint-Louis, dans le Missouri. Célibataire et alcoolique, elle est au fond du trou quand son rédacteur-en-chef lui demande d’aller couvrir le meurtre d’une petite fille à Wind Gap. Il ne la choisit pas au hasard : Wind Gap, c’est la ville natale de Camille. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle n’en garde pas un bon souvenir... 

Le décor est en place. Au fond, si Camille n’a pas envie de revenir à Wind Gap, c’est parce qu’elle a coupé les ponts avec sa mère, une notable très stricte. Pour son plus grand déplaisir, elle retrouve donc la maison familiale, avec sa mère, son beau-père et sa demi-soeur bien plus jeune qu’elle.

Tout le monde a ses secrets

Et donc Camille, cette journaliste, va enquêter… Pas qu’elle en ait vraiment envie mais son rédacteur-en-chef la pousse à fouiller. Et entre le chef de la police locale débordé par les événements et un agent du FBI confronté à l’hostilité des habitants, l’enquête officielle patine. Camille va donc commencer à poser des questions, recueillir des témoignages. Quitte à troubler la quiétude de cette petite ville.

Et là on retrouve un élément central de Big Little Lies : la notion de communauté. Wind Gap, c’est une petite ville, tout le monde se connaît. Tout le monde a ses secrets aussi. Et puis ça se lance des grands sourires en face et derrière ça se critique une fois le dos tourné. Ce remue-ménage, tout le monde ne va pas le supporter, à commencer par la mère de Camille…

Les "engueulades" comme ça, c’était déjà un marqueur de la mise en scène de Big Little Lies… Ces non-dits qui ressurgissent et se transforment en explosion de colère. Ça fait partie des éléments qu’on retrouve aussi dans Sharp Objects… la patte de Jean-Marc Vallée : comme de longs trajets en voiture qui invitent les personnages à la réflexion, des silences qui en disent long, ou encore des scènes du passé et du présent qui s’entremêlent à travers des flash-back.

C’est la même réalisation racée, avec des dialogues riches et tranchants. Le tout mettant là aussi en valeur des personnages de femmes très bien écrits. Ici, c’est servi par deux actrices de grand talent : Amy Adams, qui joue Camille, et Patricia Clarkson, qui interprète sa mère. C’est une sacrée confrontation !

La torpeur et la moiteur du sud des Etats-Unis

Sharp Objects se distingue quand même de Big Little Lies. Déjà par son volet policier, ça reste une enquête. Globalement, l’ambiance est plus pesante, on ressent toute la torpeur et la moiteur du sud des États-Unis. Au fond, la série emprunte beaucoup à Big Little Lies, mais aussi pas mal à la première saison de True Detective. Deux très belles références en matière de série… 

Sharp Objects, c’est donc à découvrir sur OCS, il y a 8 épisodes d’une heure !

 

Sharp Objects

Une série créée en 2018 par Marti Noxon et Jean-Marc Vallée

Une saison, 8 épisodes d'1h

Disponible sur OCS