Renault relance sa "4L" : retour sur une longue histoire d'amour avec le cinéma français

, modifié à
  • A
  • A
Renault 4L 1:30
La 4L de Renault est un véhicule emblématique des décennies 1960, 1970 et 1980. © Miguel MEDINA / AFP
Partagez sur :
EN VIDÉOS - Renault ressort, dans une version modernisée, sa mythique 4L, un véhicule emblématique de la marque, lancé en 1961 et d'abord pensé comme une voiture pratique à l'usage du plus grand nombre. Mais dont la popularité doit aussi beaucoup à ses apparitions dans plusieurs comédies françaises devenues cultes.

Après le retour inattendu de la R5 en version moderne et électrique, Renault a décidé de mettre à l'honneur une autre voiture incontournable : la Renault 4, plus connue sous le nom de "4L". Ce véhicule mythique de la marque s'est vendu à huit millions d'exemplaires dans 100 pays pendant plus de 30 ans. Avec cette réédition, Renault joue sur la nostalgie d'un véhicule qui fait partie du patrimoine, notamment grâce au cinéma. Ce nouveau modèle sera très certainement 100% électrique. En attendant une confirmation officielle, de nombreux rendez-vous vont permettre à la 4L d'être présente sur le devant de la scène, toute l'année.

Elle vient de prendre place en vitrine de l'Atelier Renault, sur les Champs-Elysées, dans une version parisienne. Il semblait pourtant impensable, à ses débuts, que la 4L devienne une icône pop, rappelle à Europe 1 Hugues Portron, le directeur de Renault Classic. "Dans le cahier des charges très sommaire que Pierre Dreyfus (PDG de Renault de 1955 à 1975, ndlr) avait donné à ses collaborateurs, il disait : 'Faites-moi une voiture blue-jean, ce vêtement américain qui, si l'on n'est pas snob, rend tellement de services.'" La production est lancée en 1961, et ne cessera que 31 ans plus tard, en 1992.

De Jacques Tati à Dany Boon, en passant par Jean-Marie Poiré

La nouvelle 4L est attendue, si tout va bien, en bas des marches du Palais des festivals, à Cannes, en juillet prochain. Car la 4L a offert au cinéma son lot de scènes cultes, comme dans le trop méconnu Trafic de Jacques Tati, le réalisateur imaginant une inénarrable version camping-car du véhicule.

La 4L apparaît surtout dans Les Visiteurs de Jean-Marie Poirée, dans lequel elle prend les traits de la fameuse fourgonnette jaune de La Poste, prise d'assaut par Godefroy de Montmirail et son serviteur Jacquouille la Fripouille dans l'une des scènes les plus hilarantes du film :

Sans oublier sa version douane franco-belge dans Rien à déclarer de Dany Boon :

La nouvelle 4L risque d'être moins bruyante : sa version 100% électrique sera probablement annoncée à la fin de l'année 2021.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Romain David