Reconstruction de Notre-Dame : l'architecte en chef estime le délai de 5 ans "tenable, si on refait à l'identique"

  • A
  • A
© LUDOVIC MARIN / AFP
Partagez sur :
La consolidation de Notre-Dame de Paris progresse lentement six mois après l'incendie mais "l'ambition" des cinq ans pour sa reconstruction est maintenue.

La consolidation de Notre-Dame de Paris progresse lentement six mois après l'incendie mais "l'ambition" des cinq ans pour sa reconstruction est maintenue, 922 millions d'euros ayant été déjà promis pour le chantier du siècle. "104 millions d'euros ont déjà été versés par les donateurs qui sont au total 350.000", a précisé le ministre de la Culture Franck Riester, faisant le point des six mois. Mais "il est bien trop tôt pour dire si le montant des dons suffira, l'Etat assumera ses responsabilités, on ne va pas laisser Notre-Dame en plan", a-t-il souligné.

Le budget estimé pour l'ensemble de la phase de consolidation est de 85 millions d'euros. Trois fondations - Fondation Notre-Dame, Fondation du patrimoine, Fondation de France - et le Centre des monuments nationaux (CMN) ont recueilli les fonds de la souscription nationale. "Les facilités pour les déductions fiscales" alimentent l'élan de solidarité, a expliqué M. Riester. Notre-Dame "n'est pas totalement sauvée" tant que la voûte n'est pas consolidée et que l'échafaudage n'est pas démonté, a cependant rappelé le ministre.

"Soit je restaure à l'identique, soit on fait une flèche contemporaine et ça sera un autre"

L'architecte en chef de Notre-Dame, Philippe Villeneuve, a estimé mardi que le délai de cinq ans, retenu par le président Macron, était tenable "si on refait à l'identique" car on gagnerait alors "un temps certain". "Soit je restaure à l'identique, ça sera moi, soit on fait une flèche contemporaine et ça sera un autre", a prévenu l'architecte en chef, au chevet de la cathédrale depuis 2013.

La reconstruction de la flèche de Viollet-le-Duc est un des points sensibles du chantier. M. Villeneuve s'était prononcé dès juin pour une restauration à l'identique. Il se démarque ainsi de l'idée de M.  Macron d'inscrire un "geste contemporain" sur la cathédrale emblématique et rejoint le souhait d'une majorité de Français d'une continuité architecturale.

Europe 1
Par Europe1.fr, avec AFP