Notre-Dame de Paris : la charpente peut-elle être reconstruite ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Après l'incendie qui a ravagé une partie de Notre-Dame de Paris, les experts réunis mardi dans "La France bouge" se sont penchés sur la très délicate reconstruction de la charpente de l'édifice.
LA FRANCE BOUGE

L'émotion, les dons, puis la reconstruction ? Au lendemain du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale de Notre-Dame de Paris, lundi soir, la sidération face à un tel drame laisse peu à peu place à l'espoir de voir l'édifice, vieux de plus de plus de 850 ans, reconstruit dans les prochaines années.

Mais si les flammes n'ont pas détruit les deux beffrois et la façade de la cathédrale, la toiture, la flèche et surtout la charpente sont parties en cendres. Bâtie en chêne, longue de 110 mètres, large de 13 mètres, haute de 10 mètres et surnommée "la forêt", elle sera difficile à reconstruire. Mais la France pourra le faire, assurent les spécialistes réunis dans La France bouge, mardi, consacrée à cet événement.

"Chantier risqué"

En premier lieu, il faut "sécuriser", avec "un gros chantier de consolidation", avec la nécessité d'"évacuer l'échafaudage qui est à moitié soudé au-dessus", liste Julien Lecarme, charpentier et responsable de l’institut "Charpente et construction bois" au sein des Compagnons du devoir. "C'est un chantier qui va être un peu risqué sur la première partie car il va quasiment falloir échafauder l'échafaudage et démonter quelque chose qui a brûlé dans cet état, où on n'est sûrs de rien sur la structure", poursuit le spécialiste.

>> De 13h à 14h, La France bouge avec Raphaëlle Duchemin sur Europe 1. Retrouvez le replay de l’émission ici

Un défi majeur, donc, mais pas impossible : "Les savoirs-faire existent largement (avec) une vraie activité dans les métiers du patrimoine", assure Julien Lecarme. Il faudra notamment gérer l'approvisionnement en bois, à hauteur de "probablement un millier d'arbres" et vraisemblablement du chêne, selon Michel Druilhe, président de l’Interprofession France Bois Forêt.

Pas d'inquiétude sur les ressources forestières

"Ce n'est rien pour la forêt française", se réjouit-il, avec pas moins de "4,5 millions d'hectares de chêne" dans les forêts françaises. "C'est un type de sylviculture qu'on n'a pas continué (depuis plusieurs générations), mais la ressource forestière se porte bien", abonde Julien Lecarme.

Mais pourquoi utiliser du chêne pour la charpente, au fait ? "C'est extrêmement solide et ce sont les bois nobles qu'on utilisait pour ce type de bâtiments à l'époque", raconte Julien Lecarme. "Un chêne atteint sa maturité entre 100 et 150 ans", décrit Michel Druilhe.

Avant la reconstruction, la modélisation ?

Afin d'y voir plus clair sur le processus - complexe - pour rebâtir la cathédrale, qui prendra au minimum dix ans selon Stéphane Bern, les experts pourront compter sur les outils de modélisation 3D des édifices qui existent. Dont Iconem, une start-up qui numérise en 3D les sites culturels en danger et qui va mettre à disposition gratuitement sa technologie pour modéliser les combles et la structure de Notre-Dame, "grâce à des drones et des algorithmes", selon Yves Ubelmann, président-fondateur, également invité de La France bouge, mardi. "On va utiliser la documentation ancienne pour reconstruire numériquement", promet-il pour ce chantier colossal.