Bernard Lavilliers 4:09
  • Copié
Ugo Pascolo
Invité d'Isabelle Morizet dans "Il n'y a pas qu'une vie dans la vie", Bernard Lavilliers explique pourquoi il n'a jamais pris part aux Enfoirés, le spectacle annuel des Restos du Cœur. Il revient également sur son obsession : ne pas sortir l'album de trop. 
INTERVIEW

C'est un grand nom de la chanson française, et pourtant il n'a jamais accepté de faire les Enfoirés. Invité d'Isabelle Morizet samedi dans Il n'y a pas qu'une vie dans la vie, Bernard Lavilliers explique pourquoi il ne souhaite pas prendre part à l'événement. D'après la rumeur, l'artiste qui vient de sortir son 22e album aurait dit un jour à Jean-Jacques Goldman, les yeux dans les yeux : "On ne défend pas une bonne cause avec de mauvaises chansons." Des mots que l'artiste assument pleinement, tout en précisant qu'il ne visait pas les chansons de Jean-Jacques Goldman, mais le spectacle des Enfoirés dans son ensemble.

"Les Enfoirés, ce n'était pas prévu pour durer aussi longtemps"

"Je trouvais, et je ne suis pas le seul à penser ça, puisque certains qui l'ont fait parfois trouvent que c'était un peu trivial parfois", explique-t-il. "C'est une sorte de fiesta, et pourquoi pas finalement. Mais c'est toujours pareil, on fait la charité parce qu'on est incapable d'imposer la justice." Et l'artiste de continuer sur sa lancée : "Je connaissais très bien Coluche, et les Enfoirés, ce n'était pas prévu pour durer aussi longtemps. Normalement, ça devait donner un coup de main à un moment donné", rappelle-t-il. Mais "finalement, l'État s'est très bien habitué à ces Restos du cœur. Comme d'habitude, les pansements sur les cancers…", raille-t-il.

 

Éviter l'album de trop

Quant à sa carrière, Bernard Lavilliers explique avoir une obsession : "ne pas sortir l'album de trop". Alors pour éviter d'en arriver à sortir ce disque redouté par la plupart des artistes qui ont de l'expérience, Bernard Lavilliers a décidé de créer des chansons tant "[qu'il sera] physiquement capable de chanter sur scène avec [sa] belle voix". "Le moment où je ne pourrais plus le faire, je serais ridicule et j'arrêterai d'écrire des chansons."