Patrick Sébastien réclame 5 millions d'euros en justice à France Télévisions

  • A
  • A
Patrick Sébastien réclame 5 millions d'euros à France Télévisions (photo d'archives).
Patrick Sébastien réclame 5 millions d'euros à France Télévisions (photo d'archives). © LUDOVIC MARIN/AFP
Partagez sur :
"Selon nos informations, Patrick Sébastien, 66 ans, a assigné France Télévisions devant le tribunal de commerce, via sa société de production Magic TV, qui se trouvait dans 'une situation de dépendance économique' depuis 1996", date de l'arrivée de l'animateur sur France 2, écrit Le Parisien/Aujourd'hui en France, samedi. 

L'animateur Patrick Sébastien a attaqué en justice France Télévisions, à qui il réclame 5 millions d'euros pour n'avoir pas renouvelé son contrat à la rentrée, affirme samedi le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France. Contactés par l'AFP, l'entourage de l'animateur et France Télévisions n'ont pas souhaité commenter les affirmations du journal.

Une mise à la retraite télévisuelle

"Selon nos informations, Patrick Sébastien, 66 ans, a assigné France Télévisions devant le tribunal de commerce, via sa société de production Magic TV, qui se trouvait dans 'une situation de dépendance économique' depuis 1996", date de l'arrivée de l'animateur sur France 2, écrit Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le départ de Patrick Sébastien de l'antenne "a conduit au licenciement de la plupart" des salariés de sa société de production, poursuit le journal. Selon le quotidien, le montant de la "demande d'indemnisation" est de "5 millions d'euros environ", soit "un an de chiffre d'affaires de la saison 2018/2019", la dernière de l'animateur.

À l'automne 2018, la direction de France Télévisions avait décidé de ne pas reconduire Patrick Sébastien à la rentrée 2019, alors qu'il s'était auparavant plaint de la diminution de ses émissions en "prime time". Une mise à la retraite télévisuelle qu'il avait qualifiée dans des interviews d'"éviction" injuste pour ses téléspectateurs. Il a présenté le 11 mai le dernier numéro de son émission "Les années bonheur", suivi par près de 3 millions de téléspectateurs.

"La bien-pensance et le politiquement correct"

Il avait profité de ce dernier passage sur France 2 pour faire ses adieux "sans rancune" aux téléspectateurs du service public, assurant ne s'être "jamais trahi" et avoir toujours fait des "émissions populaires" en résistant "à la bien-pensance et au politiquement correct".
Une semaine avant, il avait également clôturé son autre émission phare de variétés, "Le plus grand cabaret du monde", dont l'ultime numéro avait attiré 2,8 millions de téléspectateurs.