Manga, dessin animé, jeu vidéo : l’irrésistible ascension de One Punch Man

, modifié à
  • A
  • A
One Punch Man 4:18
Saitama, le héros de "One Punch Man" est reconnaissable à son crâne chauve et son visage volontairement mal dessiné. © Kazé
Partagez sur :
En quelques années, le manga "One Punch Man" s'est imposé comme une référence majeure de la culture populaire du 21ème siècle. Ce n'était pourtant pas gagné pour cette histoire écrite par un amateur, qui met en scène un héros blasé et totalement chauve.

Vous pensiez que Superman était le plus fort de tous les super-héros ? Vous allez changer d'avis en découvrant One Punch Man. Ce manga, venu tout droit du Japon, a conquis le monde grâce à son super-héros réellement invincible. Avec son crâne chauve, sa combinaison jaune et sa cape blanche, Saitama n'est guère charismatique. Mais il étale tous ses adversaires en un seul coup de poing, sans sourciller. Un parti pris étonnant mais qui tient : toujours en cours, la série One Punch Man est une des plus populaires de notre époque.

Un buzz Internet devenu phénomène d'édition

À l'image de son héros, l'histoire de la naissance de One Punch Man est originale. Au départ, il s'agit d'une oeuvre amateure, celle de ONE, un auteur-dessinateur japonais qui a commencé, en 2009, à publier sous pseudo son histoire… sur son blog ! D'abord confidentiel, son manga bénéficie d'un bouche-à-oreille très positif. "ONE se fait repérer par des professionnels du manga mais pas les éditeurs, plutôt les artistes. Yusuke Murata, un des dessinateurs les plus populaires, tombe dessus et il adore. Donc il propose à ONE de refaire One Punch Man de façon traditionnelle, en se partageant l'un le scénario, l'autre le dessin", raconte Grégoire Hellot, directeur de collection aux éditions Kurokawa.

Saitama est généralement dessiné très simplement, sauf quand il s'énerve (à droite).

"Ensemble, ils démarchent des maisons d'édition mais personne ne croit dans un manga sur un héros trop fort. Finalement, en 2012, un magazine en ligne gratuit, une curiosité à l'époque, fait le pari de les lancer. Et ça explose tout de suite puisqu'il s'en vend plus d'un million d'exemplaires par tome", explique ce spécialiste de la culture japonaise. À partir de là, tout le monde se met à attendre One Punch Man. Les débuts aux États-Unis explosent les records de vente pour un manga. En France, le manga est lancé par Kurokawa en janvier 2016 : il réalise le meilleur démarrage de tous les temps pour un manga. Un succès inédit et pas démenti depuis : il s'en est écoulé 2,5 millions d'exemplaires chez nous, dont 350.000 pour le seul tome 1 !

De l'humour, de l'action et de la réflexion

Comment expliquer ce phénomène soudain ? "La clé du succès de One Punch Man c'est que c'est la première oeuvre grand public qui remet en question, sur la durée, le concept de héros. Il prend le contre-pied du héros classique de la pop culture, ce héros qui se transcende pour surmonter les obstacles et devenir le meilleur.  Et ça séduit tous ceux qui sont lassés des super-héros traditionnels", estime Grégoire Hellot. Saitama, lui, n'a rien à faire, tout est facile pour lui. Mais ses aventures n'en demeurent pas moins passionnantes. "Au début, beaucoup de gens se disaient que One Punch Man ne durerait pas, qu'un héros jamais mis en danger, ça marche un ou deux tomes, pas plus. Et bien non, la preuve." 

One Punch Man compte déjà 19 tomes en France (21 au Japon). Et il n’est jamais lassant. Déjà, il y a de l’humour. C'est certes une histoire de super-héros, avec des combats dantesques contre des montres surpuissants. Mais c’est aussi extrêmement drôle, grâce au personnage de Saitama justement : pas charismatique pour un sou, pas spécialement musclé, totalement blasé et surtout… mal dessiné ! Tous les personnages sont bien dessinés, très détaillés. Tous… sauf le héros Saitama, avec sa tête ronde et ses yeux tout ronds. "Son look colle à son caractère : c'est un mec qui n'en a rien à faire. Il est le plus fort, mais il s'en fout", explique Grégoire Hellot, de Kurokawa.

One Punch Man

Mais One Punch Man, ce n’est pas QUE drôle. Au fur et à mesure, l’histoire se complexifie, avec de vrais enjeux. "À partir de la fin du deuxième tome, One Punch Man devient une critique de la société sur l'être, le paraître. Est-ce qu'il vaut mieux être fort et marcher à l'ombre ou ne pas avoir de force et se la raconter ?", décrit Grégoire Hellot. "L'auteur questionne notre rapport à la société, ce qu'on apporte aux autres et l'intérêt qu'ils ont à nous exploiter ou pas. Il y a beaucoup de choses racontées dans One Punch Man, avec de l'humour certes, mais le manga soulève des points intéressants."

Vous aussi, devenez invincible !

Avis aux amateurs : le secret de la force de Saitama, c’est 100 abdos, 100 pompes, 100 squats et 10 kilomètres de footing tous les jours pendant trois ans. Pas sûr que cela suffise réellement à gagner tous ses combats en un seul coup de poing mais ce programme s'est fait une place dans certaines salles de sport, quelques fans jusqu'au-boutistes ayant décidé de se l'infliger pour de vrai !

Saitama a la voix… d'Orelsan !

Logiquement, le succès du manga a fait passer One Punch Man du papier à l'écran avec une série animée, débutée en 2015. Une adaptation qui a accru la popularité du titre. "Le dessin animé est extraordinaire. Pour la saison 1, le studio n'avait pas un gros budget. Alors ils ont recruté quelques vétérans de l'animation et ils ont décidé de se faire plaisir en expérimentant des trucs complètement fous. Résultat, les combats sont dingues !", s'enthousiasme Grégoire Hellot.

En France, la première saison est disponible sur Netflix. Et en prêtant bien l'oreille, les amateurs de musique reconnaîtront vite une voix bien connue dans la VF : c'est le rappeur Orelsan qui double Saitama. "Coup de génie des responsables de la version française : ils ont pris le type qui s'emmerde le plus célèbre de France. Orelsan fait super bien le mec blasé", estime Grégoire Hellot. Et One Punch Man de séduire au passage un nouveau public.

Tout le monde peut être un super-héros

Dernière étape en date de la fusée One Punch Man : un premier jeu vidéo vient de sortir sur PS4, Xbox One et PC, One Punch Man : A Hero Nobody Knows. On n’y incarne pas uniquement Saitama (ce serait trop simple, des combats gagnés en un coup !) mais son propre héros. Personnalisable de la tête aux pieds, il va ensuite falloir faire de lui le héros le plus puissant de l'univers. On retrouve tout l'univers de One Punch Man, des héros hauts en couleurs aux monstres extravagants.

Ce premier jeu, très similaire à Dragon Ball Z : Kakarot, un autre jeu vidéo adapté d'un manga sorti récemment, n'a rien d'extraordinaire. Il s'agit d'enchaîner combats et quêtes annexes dans tout petit monde semi-ouvert. Objectif : engranger de l'expérience pour devenir plus fort. Répétitif à la longue, One Punch Man : A Hero Nobody Knows séduira malgré tout les fans tant il se montre fidèle à l'ambiance et à l'humour si particulier du manga. Et la possibilité de disputer, hors du mode aventure, des combats entre amis avec les héros du jeu est très sympathique.