Luc Ferry : "L'invention du mariage d'amour a façonné l'Histoire des 19e et 20e siècle"

  • A
  • A
Luc Ferry 2:21
Luc Ferry : "L'amour est un facteur de sens" © Europe 1
Partagez sur :
Le philosophe et écrivain Luc Ferry est revenu sur Europe 1, mardi, sur l'un de ses sujets de prédilection : l'amour. "Que ce soit l'amour entre êtres humains, l'amour de la beauté, de la justice : l'amour est un facteur de sens", explique celui qui a déjà publié un livre sur le sujet en 2010.
INTERVIEW

Luc Ferry, écrivain, ancien ministre et philosophe, est revenu mardi au micro d'Anne Roumanoff sur sa philosophie de vie et son sujet de prédilection. "Ce qui m'a intéressé c'est l'histoire de l'amour, la naissance du mariage d'amour", a expliqué sur Europe 1 l'homme de lettres, qui a déjà travaillé sur ces questions dans La Révolution de l'amour, paru en 2010 aux éditions Plon. "Je ne crois pas que la vie ait un sens, je ne suis pas croyant, mais je crois qu'il y a du sens dans la vie. Et s'il y a quelque chose qui donne du sens à nos vies, c'est l'amour sous toutes ces formes."

Un bouleversement dans le paysage européen

Dans son ouvrage, Luc Ferry se posait notamment une question. "Comment en Europe, car c'est une invention européenne, nous sommes passé du mariage de raison, arrangé par les parents, les villages, au mariage choisi par les jeunes gens, ou par les plus vieux, par amour et pour l'épanouissement de l'amour ?" Selon le philosophe, ce basculement a complètement bousculé le paysage social, politique et privé du Vieux continent. "L'invention du mariage d'amour a façonné l'Histoire des 19e et 20e siècle." 

La passion amoureuse : des fondations en sable

La liberté de choix de son partenaire et une union motivée par amour ont en effet entraîné, par voie de conséquence, l'invention du divorce. "On invente le divorce en même temps que le mariage d'amour, pourquoi ? Si vous fondez le mariage sur de la passion amoureuse, vous le fondez sur du sable, sur quelque chose qui est très variable", explique l'écrivain qui rappelle que "60% des mariages à Paris se terminent par un divorce au bout de 7 ans". 

"Quand on se mariait pour des raisons d'économie, pour faire tourner la ferme et que c'étaient des mariages arrangés, on ne divorçait pas puisque le fait de ne pas s'aimer n'était pas un motif de divorce", souligne le philosophe. "Aujourd'hui on divorce parce qu'on ne s'aime plus, voire on se déteste, on se trompe, mais en même temps c'est quand même mieux. Je ne suis pas sûre qu'on ait envie d'être marié par le village."

Luc Ferry s'est marié trois fois au cours de sa vie, des mariages passionnés. "Le risque de la passion amoureuse, c'est que c'est fragile", reconnaît le philosophe. "L'objectif majeur du couple moderne, c'est transformer la passion amoureuse, qui dure quelques temps mais pas toute la vie, en amitié amoureuse par exemple, en tendresse amoureuse, quelque chose qui peut durer longtemps."

Europe 1
Par Mathilde Durand