Lorànt Deutsch : "On est tous les enfants non pas d’Astérix mais de Jules César"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Connu pour son amour de l’histoire de France, le comédien et écrivain Lorànt Deutsch conjugue sa passion pour la scène et l’écriture en lançant un spectacle tiré de son livre, "Romanesque". Invité dans l’émission d’Anne Roumanoff, il dévoile quelques extraits de son spectacle et de son livre, qu’il publie désormais dans sa version illustrée, aux éditions Michel Lafon.
INTERVIEW

Après le succès de son livre Romanesque, le comédien et écrivain passionné d’histoire, Lorànt Deutsch, publie une version illustrée de son dernier livre qui explore les origines de la langue française. En parallèle, il présente une pièce de théâtre sur ce même thème où il est seul sur scène, pour la première fois dans sa carrière. Au micro d’Anne Roumanoff, il en dit plus sur ce projet global entre spectacle et littérature.

Dans son spectacle, Lorànt Deutsch voyage donc à travers les époques. "Je me suis amusé à me costumer au fil des époques : Renaissance, Moyen-Âge, Antiquité, époque contemporaine…", explique le comédien, dont la pièce se jouera à partir du 14 octobre au théâtre de Paris.

Un projet fondé sur un jeu de mots 

En fil rouge de ce spectacle : le romanesque. "On est tous les enfants, non pas d’Astérix mais de Jules César", lance le comédien. "Romanesque, c’est un jeu de mots sur le fait qu’on est les héritiers de l’Antiquité, des enfants du latin. La notion de langue française naît avec Jules César."

Lorànt Deutsch dévoile, dans ces deux œuvres, des anecdotes sur des mots que nous utilisons dans la vie de tous les jours. Il rappelle notamment la construction, au fil du temps, du mot "budget". "Il vient du mot ‘bougette’. Au Moyen-Âge, c’était une espèce d’aumônière que l’on trimbalait avec soi pour transporter ses sous. C’était l’ancêtre du porte-monnaie", décrit-il. "C’est un mot gaulois, ‘la bulga’, qui a donné ensuite la ‘bougette’ et enfin le ‘budget’."

Romantique ou romanesque ? 

À l'image de sa série de créations, Lorànt Deutsch se décrit lui-même comme romanesque. "Je le suis pour affronter Paris mais je suis romantique quand je me ressource à la campagne", affirme-t-il. "Les romanesques sont dans le souffle, dans l’épopée et dans l’envie. Ils sont tournés vers l’avenir." Il oppose le romanesque au romantique, qui, lui, est "tourné vers le passé" : "Le romantique, vous pouvez le laisser près d’un ravin, deux heures après, il y est encore. Le romanesque, lui, enjambe le ravin."

Le spectacle et le livre de Lorànt Deutsch sont donc un subtil hommage à notre langue, qui se transforme, au fil des années. Une vision de la France qui semble avoir séduit le public de l’acteur puisque son livre, dans sa version non illustrée, a été vendu à plus de 100.000 exemplaires. "C’est l’équivalent de la Ligue 1 pour les auteurs", commente Lorànt Deutsch, amateur de football.

Europe 1
Par Tiffany Fillon