Le Roi Lion en 3D ? "Je n'irai pas le voir, j'ai peur d'être déçue"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Europe 1 a interrogé des trentenaires marqués par le dessin animé sorti il y a 25 ans... Et frileux à l'idée d'aller voir la version 3D en images de synthèse, en salle mercredi. 
REPORTAGE

Ils avaient à peine dix ans quand ils ont découvert Simba, Nala et Mufasa. Aujourd'hui trentenaires, ils s'inquiètent que l'on touche à leur dessin animé culte : alors que la version 3D du Roi Lion, en images de synthèse, sort mercredi, Europe 1 a rencontré des fans de l'original, produit par Disney. 

"C'est l'histoire de la vie"

"C'est impossible, c'est interdit, je n'irai pas le voir. J'ai peur d'être déçue", lance l'une de ces inconditionnels. "Ressortir Le Roi Lion et tout ce que ça porte derrière, pour toute une génération comme la mienne, c'est osé", renchérit Xavier, 34 ans. Comme beaucoup, il a été marqué par des scènes devenues cultes, comme lorsque le singe Rafiki présente le lionceau aux autres animaux, les bras tendus. 

"On l'a tous fait avec son enfant, avec tous les enfants qu'on trouve !", sourit le trentenaire. "On le prend dans les bras, on le monte devant tout le monde, comme un nouveau-né. J'ai même des amis qui ont pris leur chien ou leur chat de cette manière-là, pour faire la même chose !" Et d'entonner : "C'est l'histoire de la vie..." 

"On s'identifie, c'est une histoire de famille"

Ce dessin animé n'est pourtant pas associé qu'à des bons souvenirs. "À la mort de Mufasa, à chaque fois je fais avance rapide", reconnaît un mordu de l'original. "C'est trop triste, j'ai pleuré quand j'étais petit, comme tous les enfants. C'est des images qu'on n'a pas envie de voir. Donc en tant qu'adulte, je n'ai pas envie de les revoir non plus."

Devenir adulte avec le Roi Lion, c'est ce qu'a fait Nicolas. "On le voit évoluer avec le temps, avec ses amis, Simon et Pumba. Il ressemble à son père, il devient son père. On s'identifie, c'est une histoire de famille", conclut-il. 

Europe 1
Par Hélène Terzian, édité par Margaux Lannuzel