Kev Adams : "J’ai vu tellement de news et de bêtises sur moi sur internet !"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
A désormais 27 ans dont une décennie sous les projecteurs, l'humoriste recadre son image dans son troisième spectacle "Sois 10 ans". Il s'est confié au micro d'Isabelle Morizet.
INTERVIEW

Des millions d'abonnés sur les réseaux sociaux, des films au cinéma et une série télé à succès, Soda, ont propulsé Kev Adams en idole des ados. Le tout en dix années passées "plutôt vite". Mais aujourd'hui, celui qui a commencé avant la majorité a désormais 27 ans.

Et s'il ne renie rien et voit son parcours comme une succession de rêves réalisés, il remet quelques pendules à l'heure, aussi bien dans son troisième spectacle au double sens intitulé Sois 10 ans, qu'en étant l'invité de l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie d'Isabelle Morizet, samedi sur Europe 1.

L'image d'un ado. Après dix ans de carrière, l'humoriste compte bien poursuivre son évolution. D'une part parce qu'il se définit comme un "travailleur obsessionnel", mais d'autre part - et surtout - parce que l'on sent dans ses propos qu'il aimerait ne plus être cantonné au personnage d'ado éternel. De son propre aveu, l'étiquette de l'ado lui a déjà mis quelques "bâtons dans les roues (...). Beaucoup de gens ont une image de Kev Adams comme celle d’un ado. Il y a aussi plein de gens de ma génération qui pensent ça. Plein de gens entre 28 et 35 ans, qui sont vraiment de ma génération, se disent 'non ce n’est pas pour moi, c’est plus pour les plus jeunes'. Ils ne se doutent même pas qu’aujourd’hui, je fais un spectacle où j’ai 27 piges et que je parle de problématiques de quelqu’un qui a 27 ans." 

"Soi-disant, il est sorti avec Miss Univers". Il a donc utilisé son nouveau spectacle comme un outil pour recadrer les choses. "J’essaye d’être en accord avec ce que je suis aujourd’hui, un jeune homme de 27 ans. J'essaye de parler de sujets qui me touchent". Et ce qui a pu émouvoir Kev Adams, c'est notamment ces "on dit" qui lui collent à la peau.

Dans Sois 10 ans, l'humoriste célèbre sa décennie sous les lumières, "les spectacles avec Gad (Elmaleh, ndlr.), mon Rendez-vous en terre inconnue avec Frédéric Lopez, tous ces highlights de ma carrière, des clins d’œil à Soda, à Aladin", énumère le comique. Mais "à côté, je parle des 'on dit', 'soi-disant, Kev Adams, il ne d’adresse qu’aux ados', 'soi-disant il est pas drôle', 'soi-disant il est sorti avec Miss Univers'. J’ai vu tellement de news et de bêtises sur moi sur internet ! ", glisse l'humoriste

Entendu sur europe1 :
Pendant longtemps j’ai baissé la tête et ça me faisait du mal parce que t’as pas envie d’être copain avec celui qu’on appelle calculette, t’as pas envie de le prendre dans ton équipe au sport, t’as pas envie de traîner avec lui après les cours

L'humour comme bouclier et comme arme. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Kev Adams opte pour la carte de l'humour pour rectifier les choses. Déjà, enfant et adolescent avant d'être connu, l'humour avait été "un outil de protection très fort" face aux critiques acerbes sur son physique. Lui qui se décrit comme un ado plutôt ingrat, enrobé avec un appareil dentaire a tout entendu : "Le petit gros", "chemin de fer", "calculette" pour les boutons… "J’en parle parce qu’il y a des gros problèmes de harcèlement. Je reçois des messages qui concernent ce problème. Le premier conseil que je donne, c’est de rire avec ça pour en sortir plus fort. La joute verbale à l’école est formidable, j’y ai joué longtemps", confesse Kev Adams.

"Pendant longtemps j’ai baissé la tête et ça me faisait du mal parce que t’as pas envie d’être copain avec celui qu’on appelle calculette, t’as pas envie de le prendre dans ton équipe au sport, t’as pas envie de traîner avec lui après les cours, donc après avoir vécu un peu de solitude, au bout d’un moment, je me suis dit 'je m’en fous. La prochaine fois qu’il y en a qui m’envoie une vanne dans la tronche, je lui renvoie un scud dont il va se rappeler toute sa vie'." Un parcours qui lui a servi à affuter ses répliques pour la scène et aussi à transposer sa vie dans un dessin animé diffusé sur M6, Le monde selon Kev.