Jean-Louis Aubert raconte son opération du cœur : "Les hôpitaux sont les coulisses de la vie"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Louis Aubert Europe 1 1:44
Jean-Louis Aubert a été opéré à cœur ouvert en juillet dernier. © Europe 1
Partagez sur :
En juillet dernier, Jean-Louis Aubert a subi une lourde opération du cœur. Après des semaines de convalescence, le chanteur est revenu sur ce passage douloureux vendredi au micro d’Europe 1. Et malgré la frayeur, il garde un souvenir ému de son passage à l’hôpital, de l’ambiance qu’il y régnait et du dévouement des soignants qu’il a pu rencontrer.
INTERVIEW

Après avoir égayé le confinement de nombreux internautes au printemps dernier, avec des reprises et des concerts en vidéo, Jean-Louis Aubert s’est fait une grosse frayeur pendant l’été. Le chanteur a en effet dû être opéré du cœur, à cause d’une malformation de naissance qu’il avait alors toujours ignorée.

"Je n’étais pas malade. Je faisais une analyse pour le Covid et un médecin m’a demandé de faire un scanner. Il voulait être sûr de quelque chose qu’il entendait au stéthoscope", raconte Jean-Louis Aubert au micro d’Europe 1.

Ressorti de l'hôpital "cassé en deux"

"La tournée d’été était annulée, les hôpitaux étaient un peu plus libres, alors le médecin m’a dit : 'Fonce ! Vas-y maintenant, c’est le moment ou jamais.'", se souvient le chanteur. L’opération, à cœur ouvert, durera 4h30. Elle se passe bien, mais le retour chez lui quelques semaines plus tard est douloureux : "A la sortie de l’hôpital, je faisais le mariole, et puis il y a eu les effets secondaires, des rechutes, des infections", énumère-t-il et ajoute : "Ça m’a fait vraiment bizarre d’entrer à l’hôpital en pleine santé et d’en ressortir cassé en deux".

Des moments de grâce

Malgré tout, Jean-Louis Aubert garde un souvenir ému de son séjour à l’hôpital. "Les hostos sont les coulisses de la vie. Il n’y a plus le paraitre, et il n’y a pas l’envie de disparaitre non plus. Les rapports humains y sont très forts. […] Dans la rue, on a toujours quelque chose à montrer. A l’hôpital, tout disparait. On est tout nu", développe le musicien de 65 ans. Alors que beaucoup pensent à un univers froid, aseptisé, lui y voit des moments de grâce et dit même aimer l’ambiance qui règne à l’hôpital. "Il y a des caresses, des regards qui vous font un bien fou. A l’hôpital, tout est démultiplié".

Opéré en juillet, il réapparaitra sur les réseaux sociaux près d’un mois plus tard. La tournée de son album Refuge doit, elle, reprendre en juin.

Europe 1
Par Léa Leostic